La justice ordonne à Whirlpool de communiquer des documents sur la cession du site d'Amiens

Le logo de la société WN, repreneur du site Whirlpool d'Amiens puis placée en redressement judiciaire en juin 2019 / © FTV
Le logo de la société WN, repreneur du site Whirlpool d'Amiens puis placée en redressement judiciaire en juin 2019 / © FTV

Le Conseil des prud'hommes d'Amiens a ordonné jeudi la remise de documents concernant la cession du site amiénois de Whirlpool à la société WN, placée depuis en redressement judiciaire. Une centaine d'ex-salariés contestent le motif économique de leur licenciement.

Par E.E avec AFP

Au terme de son audience jeudi, le Conseil des prud'hommes d'Amiens a ordonné à Whirlpool la remise de documents d'ici le 4 novembre 2019 concernant la cession du site amiénois à la société WN. 

"Le Conseil juge opportun d'ordonner la production" par Whirlpool "d'un certain nombre de pièces existantes sollicitées", notamment "des éventuels contrats et documents complémentaires", est-il précisé dans la décision. 

L'accord de cession entre Whirlpool et WN a été officiellement signé en septembre 2017. En mai 2018, la société s'engage à reprendre 162 des 282 ex-salariés du site amiénois. Un an plus tard, c'est la douche froide, WN est placée en redressement judiciaire faute de projet économique viable. Les salariés sont alors officiellement licenciés le 26 aôut 2019.
 


Connaître les conditions de la cession

"Nous voulons le contrat de vente de cette usine, aujourd'hui liquidée, entre Whirlpool et WN, et que personne n'a jamais vu. Combien  d'argent a été donné, comment ces fonds devaient être employés, pour lancer soi-disant une activité qui n'a jamais vu le jour?", questionne Me Rilov. "On veut voir le plan d'affaires, c'est-à-dire ce que WN avait présenté comme miracle industriel qu'il prétendait réaliser".

Devant le Conseil des prud'hommes, une centaine d'ex-salariés contestent le motif économique de leur licenciement. Pour leur avocat, la communication de ces documents permettra de faire avancer le dossier. "Cela va permettre aux salariés de Whirlpool de faire des progrès considérables dans la découverte de la vérité sur les conditions de la cession à WN", a déclaré Me Fiodor Rilov à l'AFP. "Reste à savoir si Whirlpool s'exécutera...", a-t-il ajouté.

À ce jour, grâce à l'offre de reprise partielle de WN par Ageco Agencement, 44 postes ont été maintenus sur les 138 salariés restants.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus