La Caf de la Somme fermée après une agression dans ses locaux : "le personnel avait très peur"

Publié le

Mercredi 10 août, une agression a eu lieu dans les locaux de la Caisse d’allocations familiales de la Somme. En état de choc, le personnel a exercé son droit de retrait.

Les faits se sont déroulés mercredi 10 août en début d’après-midi. Alors qu’il avait rendez-vous pour son dossier, un allocataire de la caisse d’allocations familiales (Caf) de la Somme a agressé un employé. "L’entretien avait bien démarré. Mais lorsque l’employé lui a demandé des justificatifs, il s’est mis en colère", raconte Loïc Simon, directeur comptable et financier de la Caf de la Somme.

Il a arraché le plexiglas qui le séparait de l’agent, a pris l’écran d’ordinateur et l’a projeté vers le collègue.

Loïc Simon, directeur comptable et financier de la Caf de la Somme

L’homme aurait également agressé le vigile venu s’interposer. Selon Loïc Simon, l’allocataire était déjà connu de leurs services pour des faits de violence remontant à la mi-mars, "une plainte avait déjà été déposée à l’époque".

Un personnel en état de choc

Après l’intervention des forces de l’ordre, "les agents ont assuré l’accueil jusqu’à la fin des rendez-vous", assure Yohann Leroux, délégué syndical CFDT de la Caf de la Somme. "Mais en réunion de service, l’ensemble du personnel avait très peur de reprendre le guichet".

"C’est quand même un choc psychologique. C’est des incidents qui restent rares, mais quand ça survient ça choque à la fois les employés, mais aussi les gens en présence", poursuit Loïc Simon. Ainsi, le personnel a activé son droit de retrait. Les guichets d’accueil sont fermés depuis jeudi 11 août et jusqu’au mardi 16 août. "Ça nous fait jamais plaisir de fermer les guichets, mais ça a dépassé les limites acceptables", regrette Yohann Leroux.

Les services de la Caf de la Somme sont néanmoins toujours disponibles par téléphone, "nos services restent toujours en contact avec les allocataires".

Une plainte déposée

"Le collègue agressé a porté plainte et la Caf également en tant que personne morale", affirme le directeur comptable et financier de la Caf de la Somme. "Nous allons également mettre en place des aménagements : renforcer le nombre de personnes volontaires à l’accueil pour gérer au mieux le flux", indique Loïc Simon.

Une situation récurrente ?

Pour Yohann Leroux, bien que ce genre de situation reste rare, les incivilités sont récurrentes et ont tendance à augmenter depuis quelques années : "Le manque de moyens fait qu’on a des délais d’attente plus longs. La réforme de l’aide au logement a également eu beaucoup de mal à passer depuis un an et demi. Les gens sont en situation de précarité et cela crée des tensions."

"Ce n’est pas la première fois que ça nous arrive, mais ça reste rare, à ma connaissance, on a eu moins de cinq cas d’incivilité allant au dépôt de plainte cette année, sur 37 000 personnes reçues, la majorité des gens repartent satisfaits de nos échanges", conclut Loïc Simon.