• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Patiente de l'hôpital Pinel d'Amiens noyée et ébouillantée : la décision de la cour sera rendue le 3 avril

Ce jour là, l'infirmière avait 17 patients à sa charge / © France 3 Hauts-de-France
Ce jour là, l'infirmière avait 17 patients à sa charge / © France 3 Hauts-de-France

Une infirmière comparaît ce 11 février devant le tribunal correctionnel d'Amiens pour homicide involontaire par négligence, après la mort d'une patiente handicapée au sein de l'hôpital psychiatrique Philippe-Pinel. Qui est responsable, une infirmière ou l'hôpital ? La cour se prononcera le 3 avril.

Par V.P. avec Élise Ramirez

Il est 18h15 ce 4 août 2009 et Angélique, infirmière de 33 ans à l'hôpital Philippe-Pinel d'Amiens, accompagne une patiente handicapée mentale et physique de 30 ans dans la salle de bain. Lors de son audition, l'infirmière a affirmé avoir laissé la jeune femme sur son fauteuil roulant, à côté de la baignoire. Alors, le robinet d'eau est ouvert et selon elle, le mitigeur réglé à 37°C.
 

Morte noyée et ébouillantée


L'infirmière s'absente une quinzaine de minutes pour aller aux toilettes. Lorsqu'elle revient, la patiente est décédée, noyée et ébouillantée dans son bain. Selon les résultats de l'enquête, l'eau était bien plus chaude que ce qu'affirme l'accusée : elle était à 50 degrés.

Aujourd'hui, Angélique est mise en examen pour homicide involontaire. L'accusation pointe une faute grave : celle d'avoir laissé une patiente seule dans la salle-de-bain. Mais dans cette affaire, c'est bien la température de l'eau qui pose question. Selon le juge, l'eau devait être à 37 degrés, et donc sans conséquence.

 


"Bouc émissaire"


Pour la défense, c'est un dysfonctionnement du mitigeur qui est en cause. Pour son avocat, Angélique est "le bouc-émissaire de toute une chaîne de dysfonctionnements graves qui affectent notamment l'hôpital psychiatrique Philippe Pinel".

Ce procès s'ouvre dans un contexte où l'hôpital Pinel est pointé du doigt pour ses défaillances. Manque d'effectifs, locaux vétustes... Le jour du drame, l'accusée avait en charge 17 patients.

Le procès s'est tenu ce 11 février 2019. Après avoir entendu huit témoins de la défense, infirmières et médecins de l'hôpital, l'avocat général a requis une peine de principe, la défense a plaidé pour une relaxe. La Cour s'est retirée et sa décision est mise en délibéré jusqu'au 3 avril.

 

Notre reportage à Amiens (Somme)

Patiente de l'hôpital Pinel d'Amiens noyée : la décision judiciaire rendue le 3 avril
Intervenants : Mee Giuseppina Marras, avocate d'Angélique Beaupère; Angélique Beaupère, infirmière. - France 3 Hauts-de-France - Reportage : Julien Guéry et Aurélien Barège. Montage : Mathieu Krim.
 

Sur le même sujet

Concert : Yolande Bashing à Lille (électro)

Les + Lus