• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Douze salariés du centre de tri postal de Roye confinés après la découverte d'une “poudre blanche” suspecte

Une contamination toxique, chimique, biologique voire radiocative a été suspectée au centre de tri postal de Roye (Somme) ce 17 août 2019. / © France Télévisions / Benoît Henrion
Une contamination toxique, chimique, biologique voire radiocative a été suspectée au centre de tri postal de Roye (Somme) ce 17 août 2019. / © France Télévisions / Benoît Henrion

Suite à la découverte de poudre blanche sur un tapis du centre de tri postal de Roye (Somme) ce 17 août vers midi, les gendarmes ont procédé au confinement de douze salariés du site. Les analyses menées par la cellule NRBC des pompiers écartent à 16 h tout risque radioactif, chimique ou toxique.

Par Valentin Pasquier

Des hommes en combinaisons hermétiques ont fait leur apparition aux abords du centre de tri postal de Roye (Somme), ce 17 août. Vers 12h20, les salariés du site ont aperçu une traînée de poudre suspecte sur le tapis roulant d'une machine située dans le hall 2.

Aussitôt, pompiers et gendarmes sont prévenus : dans le pire des cas, la poudre pourrait se révéler être aussi nocive que le bacille du charbon (communément appelé "anthrax"), une arme bactériologique connue pour avoir été volontairement glissée dans des courriers aux États-Unis dans les années 2000 dans le but de nuire à certaines personnalités.
 

Des salariés en quarantaine

Parmis les pompiers sont intervenus la cellule NRBC qui, comme leur nom l'indique, sont des spécialistes des risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques. Ces derniers ont réalisé une analyse de la poudre trouvée dans le hall, munis des fameuses combinaisons mais aussi de masques et de détecteurs. Par précaution, la douzaine de salariés présents ont dû rester à l'intérieur du bâtiment pour éviter une quelconque contamination.

Vers 16 heures, la préfecture de la Somme assure que "tout risque nucléaire, biologique et toxique de guerre est écarté." Les salariés pourraient rentrer chez eux dans la fin de journée si les analyses concernant la poudre la considèrent comme sans danger. Sept d'entre eux auraient été incommodés par des maux de gorge et des irritations.


Mise à jour le 18 août : la poudre blanche provoquant l'intervention des pompiers et gendarmes s'est révélée être de la protéine en poudre. Après auscultation par le SAMU, les douze salariés ont pu regagner leurs domiciles peu avant 20 heures.

Sur le même sujet

Luka Elsner en conférence de presse avant le match de l'ASC face au LOSC

Les + Lus