Numéro d'immatriculation, nom, prénom, bataillon, adresse : durant la première guerre mondiale, des soldats Australiens, Britanniques, Canadiens, Australiens, Indiens, Américains et quelques Français ont laissé une trace de leur passage à travers des graffitis sur la roche des grottes de Naours. À l'époque, ces hommes partent pour la bataille de la Somme et ne savent pas s'ils en reviendront. En tout, la cité souterraine de Naours abrite environ 2 800 noms de soldats de la Première Guerre. 

Ces témoignages testamentaires ne manquent pas d'émouvoir les visiteurs des grottes. Mais ce qu'a ressenti Hannah Mathewson dans ces cavités n'a rien de comparable avec ce sentiment. Et pour cause, la jeune australienne a découvert le nom de son arrière grand-oncle, griffé ici il y a près d'un siècle. 

"C'est vraiment émouvant, je ne m'attendais pas à être autant touchée de savoir qu'il était ici même;, qu'il a écrit son nom sur ce mur. C'est à la fois très émouvant et impressionnant de marcher sur ses pas", partage Hannah. John Trevallon Mathewson, dit Jack s'engage en 1916 dans l'armée australienne. Photographe, il capture les moments forts de la grande guerre. 

"Jack" possédait un empire de la photographie en Australie. Cent ans plus tard, Hannah est aussi photographe et gère l'entreprise de son ancêtre"Quand j'ai grandi, je prenais des photos avec ma mère et mon grand-père. Il nous racontait toujours des histoires sur la famille et comment ils prenaient des photos. Ils nous expliquaient beaucoup de choses sur la photographie, c'est ce qui m'a passionné, en plus de l'aspect créatif du métier. Et puis savoir que l'on pouvait continuer à gérer l'entreprise, c'est une chance unique. Enfin, l'entreprise fait partie de la famille depuis si longtemps, ça fait presque partie de notre sang", partage la jeune femme.

Après la Guerre, John Mathewson est parti au Tibet en tant que missionnaire. Un autre voyage qu'Hannah voudrait réaliser, sur les traces de son ancêtre. 
 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.