• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Le sprint car au féminin : Chloé Leroy une graine de championne

Chloé Leroy pilote de 22 ans dans le championnat de France de sprint car. / © Chloé Leroy
Chloé Leroy pilote de 22 ans dans le championnat de France de sprint car. / © Chloé Leroy

Chloé Leroy, une jeune Samarienne de 22 ans, pratique le sport automobile depuis 8 ans. Et plus particulièrement le sprint car. Rencontre avec une jeune passionnée de mécanique et de pilotage qui espère faire de son amour pour ce sport une profession.

Par Halima Najibi

Chloé est tombée dans le sport mécanique à l'âge de 14 ans, un virus transmis par son père pilote de buggy cup, depuis 25 ans. L'adolescente a toujours accompagné son père Domice Leroy dans les parcs pilotes en admirant les machines. Elle a commencé dans la catégorie junior sprint ce qui lui a permis d'acquérir un bon niveau et de se classer en 2016 et 2017 à la 10e place du championnat de France et à la première place du podium féminin de la junior sprint. Le réglement de la FFSA ( Fédération Française du Sport Automobile) autorise la compétion à partir de l'âge de 12 ans avec des moteurs bridés.


Une vraie mordue de sprint car

Chloé roule en Kart cross avec un moteur moto Yamaha R6. Une catégorie unique en Europe, car elle n'est composée que de filles mordues de sprtint car. Chloé est actuellement leader du championnat de France, en 2018, elle s'est classée à la 6e place. Cette année, elle est en tête avec une avance de 57 points. Le championnat de France est composé de plusieurs rendez-vous durant l'année, jusqu'au mois de septembre. 12 courses en tout, Chloé a participé à 5 compétitions avec de bons résultats "à Mauron, en Bretagne, malgré une casse mécanique, "chaîne"  , j'ai été en tête de la demi-finale. À Saint-Junien dans la Haute-Vienne, je suis arrivée à la deuxième place."

À Saint-Vincent en Haute-Garonne, Chloé a pris la pole position de la finale, "avec un premier virage un peu compliqué et un accrochage avec une concurrente qui m'a fait sortir, je suis passée de la 9e position à la 5e jusqu'au drapeau à damier". Et enfin à Elne dans Pyrénées-Orientales et à Bourges dans le département du Cher, Chloé s'est emparée de la victoire. Lors des compétitions, ils sont 250 pilotes à se retrouver sur les circuits dans 12 catégories différentes. Les sprint girls sont une trentaine. 
 
Chloé Leroy sur un circuit pilote / © Chloé Leroy
Chloé Leroy sur un circuit pilote / © Chloé Leroy


La passion de l'auto-cross anime toute la famille Leroy

Tel père, telle fille chez les Leroy, Chloé adore la mécanique, comme son père qui est pilote de Buggy. La famille suit la jeune fille dans tous ses déplacements. "On part en famille du jeudi au lundi" raconte Chloé. Et si le papa pilote, la maman fait la promotion de sa fille et recherche des sponsors. "Elle est actuellement Leader du championnat et je souhaite qu'elle puisse être connue afin qu'elle puisse en faire son métier mais également faire connaître son sport. Je ne suis pas la plus impartiale mais tout le monde s'accorde à dire qu'elle est vraiment impressionnante et peu devenir la future championne cette année" confie Karine Leroy. 


Se positionner dans le top 10 pour 2019

Pour Chloé le sprint car c'est avant tout du plaisir. "Le kart cross pèse 320 kg et possède un moteur de moto très puissant de 140 chevaux. On roule à 180 km/h avec des virages qui vous donne des sensations très fortes. On fait entre 5 et 7 tours sur des circuits de 1 kilomètre, c'est intensif, c'est beaucoup de glisse et on termine rempli de terre". L'univers de l'auto-cross est une grande famille, "tout le monde s'entraîde, mais quand on met le casque et que l'on prend le volant de nos machine, la compétition reprend le dessus, et on vise une place sur le podium", précise Chloé.   


Vivre de sa passion

Chloé travaille dans une usine comme intérimaire. Son rêve est de devenir pilote professionnel. " C'est plus qu'une passion, j'aimerais en faire mon métier. Ce sport n'est pas très connu et médiatisé en France contrairement à d'autres pays européens, comme l'Allemagne ou les pays de l'est. J'essaye de trouver des sponsors pour financer mes compétitions, il faut compter entre 15.000€ et 25.000€ pour la machine ensuite il y a les nombreux déplacements qui ont aussi un coût". Au total le buget approximatif pour la saison 2019 est de 8.500 €. Actuellement, la jeune fille est sponsorisée par un revendeur d'amortisseurs. Mais elle est toujours à la recherche de partenaires financiers.     
Domice Leroy, le papa de Chloé sur un circuit pilote / © Domice Leroy
Domice Leroy, le papa de Chloé sur un circuit pilote / © Domice Leroy

Sur le même sujet

Luka Elsner en conférence de presse avant le match de l'ASC face au LOSC

Les + Lus