Stéphane Pauwels inculpé dans une affaire de vol avec violences : comment l'animateur se défend dans l'attente du procès

Stéphane Pauwels / © RTL
Stéphane Pauwels / © RTL

L'affaire Pauwels continue à faire du bruit en Belgique.

Par @F3nord

Suspecté d''être "coauteur de vol à l'aide de violence, avec arme, la nuit et en bande ayant utilisé un véhicule", suspendu d'antenne à RTL-TVI et l'Equipe, Stéphane Pauwels, animateur télé vedette en Belgique et connu en France (LOSC, W9, France 3...) par les amateurs de foot, vit une période difficile.

Il n'a pas le droit de s'exprimer dans la presse sous peine de voir sa libération conditionnelle remise en cause. Mais la presse belge ne lâche pas l'affaire et ne cesse au fil des jours d'apporter de nouveaux éléments. "Il ne va clairement pas bien, explique un proche à Sudpresse. Il a besoin d’en parler et on peut le comprendre. Cette histoire le rend fou car il doit subir sans pouvoir donner sa version. S’il le fait, il pourrait retourner en prison. C’est un véritable acharnement médiatique qui s’est abattu sur lui depuis une semaine. Il sent clairement qu’il est l’homme à abattre, mais aussi qu’il est un peu le dindon d’une mauvaise farce..."

« À toutes les personnes crachant leur haine sur mon Parrain, Stéphane Pauwels, je vous demande d’allumer vos cerveaux !, a également écrit la filleule de l'animateur. Rien n’est prouvé, cela en est encore au stade d’accusations ! La presse déforme, les gens parlent sans savoir & crachent leurs venins."
 

Thibaut Roland

Une soirée entre mousquetaires avec toujours la même devise: un pour tous et tous pour un


De nombreuses personnalités ou amis lui apporté leur soutien, comme le montre la photo ci-dessous postée sur Facebook. Son ex-compagne a aussi témoigné dans la DH :  "Je le connais par cœur. Stéphane Pauwels est une belle personne. Dans sa vie, il a toujours été droit. Il n’a jamais été dans les choses malsaines. Il est volcanique. Il dit ce qu’il pense. S’il n’aime pas quelqu’un ou quelque chose, il va le dire, même quitte à blesser. Nous avons vécu 16 ans ensemble. Je ne l’ai jamais vu franchir la ligne ni aller dans les côtés malsains qu’on trouve dans la vie. Des conflits, il en a rencontrés. Si je prends le foot, il y a des gens qui l’ont attaqué."

Sur les faits eux-mêmes, on sait désormais que Stéphane Pauwels, 50 ans, n'est pas suspecté d'avoir participé directement à un home-jacking (à Lasnes). mais la justice lui reproche d'avoir donné l'adresse de l'ex-compagnon de sa petite amie de l'époque (Vanessa) aux auteurs du vol avec violences. A-t-il vraiment envoyé ce SMS ? Pourquoi ? Dans quel but ? Quel rôle a joué son ex-compagne ?

Selon l'entourage de Stéphane Pauwels, tout s'est fait dans son dos. « Suite aux nombreuses et très diverses informations parues dans la presse, la défense de Monsieur Pauwels entend préciser que l’inculpation dont il fait l’objet ne vise en aucun cas ni sa présence sur le lieu des faits, ni l’exercice de violence de sa part », expliquaient ses avocats dans un communiqué peu après l'inculpation.

En attendant la réponse à ces questions et le procès qui pourrait intervenir rapidement, Stéphane Pauwels attend et dit avoir hâte de démontrer son innocence. Il continue à alimenter son compte Twitter pour faire passer des petits messages.  
 

Sur le même sujet

Enquêtes de région : quelle mobilité, à la campagne ?

Les + Lus