Tous les migrants ont quitté la bande de 100 m de la “Jungle” de Calais

La bande de cent mètres dégagée de la "Jungle". / © MAXPPP
La bande de cent mètres dégagée de la "Jungle". / © MAXPPP

Tous les migrants qui se trouvaient dans une zone de la "Jungle" à Calais appelée pour des raisons de sécurité à devenir une zone plane et déboisée, le long de la rocade portuaire et de maisons, ont quitté les lieux, a indiqué lundi la préfecture du Pas-de-Calais.

Par avec AFP

"A ce jour, tous les migrants ont quitté dans le calme cette bande d'une largeur de 100 mètres", a affirmé un porte-parole de la préfecture. En milieu de semaine dernière, il restait encore quelques commerces concernés, qui avaient l'obligation de déménager selon un arrêté préfectoral.
 
Une vidéaste de l'AFP a également constaté lundi matin que cette bande de 100 m était dégagée, sous la surveillance de nombreux CRS, alors que les migrants assistaient à son défrichement.

"La moitié" de ces travaux de défrichement "a été réalisée à ce jour", selon la préfecture. Les autorités ont souhaité libérer cette bande de 100 m pour offrir une meilleure visibilité aux forces de l'ordre, afin d'empêcher les intrusions sur la rocade portuaire, où les migrants tentent de monter à bord des camions embarquant pour Douvres (sud de l'Angleterre).

"Cette bande d'une largeur de 100 mètres (...) s'accompagne, pour des raisons de sécurité également, d'un merlon de trois mètres de hauteur séparant le campement de la bande" défrichée, a ajouté la préfecture.

Le 11 janvier, un centre d'accueil provisoire (CAP) composé de 125 conteneurs chauffés de 12 places, pouvant accueillir 1.500 migrants a été inauguré. Lundi soir, 612 migrants étaient inscrits pour y être hébergés.

Environ 4.000 migrants, venus majoritairement d'Afrique de l'Est, du Moyen-Orient et d'Afghanistan, vivent dans la "Jungle" de Calais, considérée comme le plus grand bidonville de France, dans l'espoir d'atteindre l'Angleterre, considéré par eux comme un eldorado.

Sur le même sujet

Les + Lus