Xavier Bertrand, le président candidat : "ces résultats me donnent la force d'aller à la rencontre de tous les Français"

Dimanche 27 juin, au soir des résultats des élections régionales dans les Hauts-de-France, Xavier Bertrand, président sortant et vainqueur du second tour, s'est plus que jamais clairement mis en route pour la présidentielle 2022. Quand une campagne en dévoile une autre....

Xavier Bertrand lors de sa la prise de parole à Saint-Quentin dans l'Aisne après les résultats du second tour des élections régionales 2021
Xavier Bertrand lors de sa la prise de parole à Saint-Quentin dans l'Aisne après les résultats du second tour des élections régionales 2021 © FTV

Tout sourire, sous les applaudissements nourris de son camp, Xavier Bertrand apparaît à 20h précises dimanche 27 juin. Il remercie les électeurs : "Du fond du cœur je veux vous dire merci. Merci. Merci vraiment. (...) Cette victoire, c'est d’abord la vôtre." Le président sortant a obtenu 53% des suffrages au soir du second tour des élections régionales 2021 en Hauts-de-France.

Dans "Hauts-de-France", il y a "France"

Mais rapidement, son discours est clair : Xavier Bertrand est déjà à l'étape suivante : les résultats du second tour ne sont pas encore définitifs que le président sortant est déjà en campagne. Une autre campagne : celle de la présidentielle 2022 : "Ce soir, je veux m'adresser directement à cette France que l'on refuse de voir, que l'on refuse d'entendre et qui s'est abstenue ces deux dimanches. C'est le cri du cœur de la France qui chaque jour travaille et qui pourtant n'arrive plus à joindre les deux bouts. C'est le cri de la France à qui on demande toujours plus d’efforts et qui ne reçoit en retour que mépris et indifférence. C'est le cri de la France qui respecte les règles et qui voit que partout on piétine impunément la loi. C'est le cri de la France qui compte chaque euro pour boucler ses fins de mois et qui ne comprend pas comment on peut, à la fois, être le pays où l'on paye le plus d'impôts et où les services publics s'effondrent. D'ici, de cette région où on sait le prix de l'effort et du travail, c'est à vous, vous les silencieux, les invisibles, les oubliés que je m'adresse aussi : plus que jamais, je crois qu'il n'y a pas de fatalité que la politique n'est pas morte, qu'elle peut rendre la vie meilleure. Les Hauts-de-France m'ont fait l'honneur de m'accorder à nouveau leur confiance. Durant cette campagne, je vous ai dit la vérité, j’ai été clair sans rien vous cacher de mes intentions : ces résultats me donnent la force d'aller à la rencontre de tous les Français."

Le candidat des abstentionnistes ?

Il avait prévenu : candidat à l'élection présidentielle de 2022 sous sa propre étiquette, Xavier Bertrand avait conditionné le maintien de cette candidature à sa réélection à la tête du conseil régional des Hauts-de-France. Et le soir du dimanche 27 juin lui offre un boulevard.

Xavier Bertrand ne s'en ait jamais caché : la Région est un laboratoire de la France. Les problématiques régionales sont parfaitement transposables au niveau national. Il le confirme dans son discours de victoire dimanche 27 juin : "Par-delà la colère et les souffrances, il y a un chemin d'espoir. Il vient du cœur des territoires. Depuis cette France fière, digne, courageuse et qui va reprendre en main son destin. Ce chemin de l'espoir, il démarre maintenant, il démarre ici." Ici, dans les Hauts-de-France où le costume du président de Région n'est pas plus grand avec celui de président de la République.

Une façon également de contrer les critiques, comme celle de Karima Delli au soir du premier tour qui dénonçait en Xavier Bertrand un "président partant" : Xavier Bertrand fait peut-être campagne pour la présidentielle mais depuis les Hauts-de-France où il sous-entend qu'il restera présent.

Quant à sa victoire avec une abstention forte, Xavier Bertrand balaie l'argument d'un revers de main : l'abstention, c'est la faute des hommes politiques qui ne parlent pas de choses concrètes aux Français. Et lui en a fait les frais. Et d'en appeler à ceux qui n'ont plus confiance : "bâtissons ensemble un nouveau projet de société pour mieux vivre partout. C'est ça, la république des territoires, que vous ayez voté ou pas, je vous le dis ce soir, nous avons besoin de vous. Notre nation a besoin de vous de chacun d'entre vous de votre patriotisme de votre volonté farouche de voir la France retrouver le premier rang."

Plus de place pour un candidat de droite

Car sur la route de la présidentielle, Xavier Bertrand a définitivement fait le ménage avec les élections régionales : le RN laissé loin derrière au premier comme au second tour, LREM éliminée dès le premier tour... Mieux : la liste de la majorité présidentielle, lourde de ministres piliers du gouvernement, qui appelle à voter pour lui au second tour. Xavier Bertrand vient de confirmer qu'une primaire à droite est inutile. Il a pris de l'avance. Tellement d'avance : des têtes de listes de droite qui ont remporté les régionales ailleurs en France, aucune n'est le candidat naturel de la droite. Ni Valérie Pécresse. Ni Laurent Wauquiez.

Dans un entretien à paraître lundi 28 juin dans Les Échos, Xavier Bertrand confirme cette stratégie : "maintenant, tout le monde a compris que la présidentielle est désormais un match à trois. Le match à deux a du plomb dans l’aile : Marine Le Pen engueule ses électeurs – c’est du jamais-vu – et Emmanuel Macron cherche encore à enjamber le scrutin."

Déjà un programme pour la présidentielle

Au point que Xavier Bertrand se permet de dérouler un programme au soir du second tour des régionales. Avec deux piliers déjà clairement identifiés : la sécurité et la réduction de la fracture sociale. "Pour redresser notre pays, il y a un préalable : le rétablissement de l'ordre et du respect. L'insécurité mine la République, la défigure et ce sont les plus modestes les premières victimes, a-t-il clairement asséné. Cette violence s'exprime aussi chez certains par un mépris voire une haine de la France. La France, je ne laisserai personne la calomnier, l'abaisser, la diviser. Mon objectif, c'est que le travail paye à nouveau que l'on puisse en vivre dignement pour élever ses enfants. Ma priorité, ce sont les classes moyennes et les catégories populaires, ceux qu'on a applaudis lors du premier confinement avant de les oublier à nouveau." Les choses sont posées. On sait sur quels terrains va jouer Xavier Bertrand.

Et de redire les deux axes de son programme pour la présidentielle : "je crois savoir où est le point d’équilibre du pays : très ferme sur le régalien et réduire les fractures sociales et territoriales. Si on ne sait pas s’attaquer aux inégalités, nos sociétés vont dans le mur, cela ne peut pas bien finir. (...) J’éviterai le retour des Gilets Jaunes, car je vais apporter les solutions dont on a besoin."

Le 2 juillet aura lieu l'élection du président de la Région Hauts-de-France. Le 1er tour de la présidentielle a été fixé le 10 avril 2022. Entre les deux, seulement 10 mois. 10 mois pour convaincre les Français. 10 mois pour gagner un pari lancé en mars dernier. Et d'ajouter dans Les Échos, sûr de son destin : "Mon moment, c’est 2022, pas 2027. Si je ne gagne pas cette fois-ci, je continuerai à diriger la région, mais pour la présidentielle, ce sera terminé."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections