La Rochelle : dans la tête de ces lycéens qui ont choisi le monde maritime comme avenir

Publié le Mis à jour le
Écrit par P.Aiguerperse - Rédaction Thalassa

Océana Marchesseau, Andréa Desanti, Léo Briaud et Corentin Ferret fréquentent le lycée maritime et aquacole de la Rochelle, une ville où l’on forme des marins depuis 1655 ! Ces quatre jeunes n’ont qu’un seul rêve en tête : devenir marin, poissonnier, pêcheur ou ostréiculteur.

Depuis 61 ans qu’il existe, cet établissement prépare des générations de marins et de matelots aux différents métiers de la mer, que ce soit la pêche, l’aquaculture mais aussi le transport maritime.

Chaque année, près d’une centaine d’élèves en sortent diplômés. Après avoir suivi de nombreuses heures de cours, ces jeunes vont devoir trouver un stage de 3 semaines avec un seul objectif : se former sur le terrain et se confronter à la réalité du métier au quotidien…

Océana : future commandante de bateau d’expédition polaire ?

Avec un prénom comme le sien, difficile de choisir une autre voie…Océana a été bercée par l’air marin depuis l’âge de 9 mois avec un père commandant de bord.

Je suis la seule dans ma famille qui a un prénom hyper océan, je suis un peu les traces de mon père qui est commandant de bateau de croisière chez Ponant.

Aujourd’hui âgée de 17 ans, elle en première année d’étude au lycée et vient tout juste de débuter son stage sur le « Mont-Saint-Michel », un bateau de la compagnie Brittany Ferries qui assure la ligne Ouistreham-Portsmouth, pour le transport de passagers et de véhicules.

Océana se prépare à la navigation sous l’œil vigilant de Patrick de Saint-Pierre, commandant du Mont-Saint-Michel.

J’ai eu très souvent la chance de naviguer sur ces bateaux. C’est cela qui entretient mon amour pour la mer… quand je suis sur un bateau, je sens que je suis dans mon élément.

Un rêve comme le sien ne se réalise pas sans sacrifice et demande un engagement total. Rien que cette année, Océana a passé 4 mois et demi en mer…c’est beaucoup plus qu’avec sa famille. Elle a encore des centaines de miles à parcourir avant de faire de la mer son métier.

Andréa, 27 ans, futur poissonnier

Andréa fréquente le même lycée maritime qu’Océana mais contrairement à elle, ce ne sont pas les bateaux qui l’intéressent, mais les poissons ! En reconversion professionnelle, ce jeune apprenti originaire de La Rochelle se forme au métier de poissonnier dans le cadre d’un CAP.

J’aime bien travailler le produit. Le travail manuel, c’est ce qui me manquait dans mon ancien travail ; j’étais serveur en restauration pendant un peu plus de 10 ans, je me suis cherché pendant un bon moment et la poissonnerie c’est vraiment le truc que je veux faire.

Après avoir décroché son diplôme et terminé son contrat d’apprentissage chez Frédéric Vernet, l’un des poissonniers les plus réputés de l’île de Ré, le voilà désormais confronté à la réalité de son métier. Frédéric a décidé d’embaucher Andréa qui se prépare à effectuer son premier marché en tant que poissonnier à St Martin en Ré, la capitale de l’île !

Vous voulez le faire comment Mesdames ? Au four, je peux le mettre en portefeuille, je vais le désarréter par le dos et après vous pouvez le garnir d’une petite julienne de légumes, Il n’y a pas de dépiautage, on part là-dessus ?

Il doit être capable d’acheter, de transformer et de vendre tous les produits de la mer. Une part importante de son métier inclue une connaissance totale des poissons qu’il proposera à sa clientèle : comment cuisiner un maigre, comment le conserver…

Léo, 17 ans, marin ou patron pêcheur ?

Léo veut devenir pêcheur. Il a choisi l’un des métiers les plus durs, les plus dangereux au monde car il comprend de nombreux risques. Son quotidien ? Des conditions de navigation souvent difficiles, des horaires compliqués en fonction des marées et des manœuvres en mer toujours délicates…

Tu te sens comment à la barre ? toujours un peu stressé mais il ne faut pas le montrer et rester calme car à bord d’un bateau, si le capitaine est stressé, ça peut se répercuter sur les membres d’équipage. Il faut toujours rester calme.

Ici à La Rochelle, Il apprend à manœuvrer le bateau du lycée, à faire des accostages, prendre des bouées ou un coffre pour s’amarrer, sous le regard vigilant de son professeur. À terme, il aimerait innover avec une pêche plus soucieuse de l’environnement :

On a du mal à pêcher, il faut aller de plus en plus loin et c’est sûr que si on continue à ce rythme-là, on n’aura plus rien.

Corentin, 16 ans, apprenti ostréiculteur

Une salle de cours en pleine nature, sur l’île de Ré, dans la ferme aquacole rattachée au Lycée… Ce matin, Corentin et ses camarades apprennent les ficelles du métier d’ostréiculteur.

Je suis dans mon élément et la mer j’adore, on est à l’air libre on a le paysage c’est un beau bureau.

Il a découvert ce métier lors d’un stage et en est devenu amoureux au point d’y consacrer sa vie professionnelle :

Un ostréiculteur ami de mes parents m’a fait découvrir lors d’un petit stage le métier et j’ai accroché ! C’est un peu grâce à lui que je suis ici, je suis tombé amoureux du métier.

Son apprentissage est rythmé au gré des marées et des saisons… Corentin devra connaitre toutes les étapes et techniques pour cultiver l’huitre et la faire grandir. Il devra veiller sur sa bonne santé.

L’ostréiculture, c’est un métier où il y a de l’avenir ! Beaucoup de gens partent à la retraite et malheureusement, il n’y a pas beaucoup de jeunes qui veulent faire ce métier-là.

Aller jusqu'au bout de ses rêves n'est jamais simple mais Andréa est bien parti pour réaliser le sien.
Océana, Léo et Corentin doivent terminer leur scolarité. Ils savent que leur chemin sera long, parfois tempêtueux avant de prendre le large à leur tour...

"La Rochelle - apprendre la mer" est disponible en intégralité sur France.TV