Meurtre de Clara : le beau-père condamné à 30 ans de réclusion

Publié le Mis à jour le

La Cour d'assises de l'Orne a rendu son verdict : 30 ans de réclusion criminelle contre Anthony Dubromel, 43 ans, accusé d'avoir battu la fillette de 4 ans à mort en février 2010.

L'avocat général, David Pamart, avait requis 27 ans de réclusion criminelle.

C'est finalement à une peine de 30 ans de réclusion criminelle que les jurés l'ont condamné ce vendredi, assortie d’une période de sûreté de vingt ans.

Anthony Dubromel a été reconnu coupable du meurtre de la petite Clara, 4 ans, le 10 février 2010, dans des circonstances insoutenables, à son domicile, à Glos-la-Ferrière, en frontière de l’Orne et de l’Eure.
Fille unique de sa compagne, l’enfant avait succombé à ses blessures, abandonnée dans le coffre d’une voiture au milieu des bois.

La peine prononcée ce vendredi est assortie d'un suivi socio judiciaire avec injonction de soins.
La Cour d'assises de l'Orne qui a délibéré durant deux heures et demie a retenu l'intention de tuer dans son verdict.
Elle a finalement été plus sévère que le représentant du ministère public qui avait requis de 27 à 28 ans de prison assortis d'une période de sûreté des deux tiers.
Voir le reportage de Franck Bodereau et Damien Migneau (Intervenant : Jean-Marie Depied Avocat de la mère de Clara)
durée de la vidéo : 01min 36
Clara : le verdict du procès en assises ©France 3 Basse-Normandie
A la fin de trois jours d'un procès très tendu, marqué par les sanglots et les cris de douleurs de la maman de Clara, l'accusé, avant que la cour se retire, lui a demandé de lui "donner le maximum".

"Il n'y a que ça pour un salaud comme moi. Je ne peux demander pardon pour l'impardonnable. Ce n'est pas de la manipulation. Je ne comprends pas" ce qui s'est passé, a dit Anthony Dubromel au milieu de propos à peine audibles, avant de s'effrondrer en larmes.

"Il voulait le maximum. Il a eu le maximum. La famille est satisfaite", a indiqué Me Jean-Marie Depied, l'avocat de la mère de Clara, après le verdict.

Anthony Dubromel, qui a tenté de se suicider en prison dans la nuit de dimanche à lundi, avait déjà été condamné en 1997 pour des coups sur un enfant de 4 mois né d'une autre union.