Cet article date de plus de 8 ans

Affaire Mérah : "La justice est en train de faire son travail", selon Latifa Ibn Ziaten

Latifa Ibn Ziaten, la mère d'Imad, première victime de Mohamed Merah le 11 mars 2012, nous a confié par téléphone que si la vérité n'a pas encore éclaté, "au moins quelqu'un travaille pour faire avancer le dossier". 
Comment Mohamed Merah a-t-il pu échapper à la vigilance des policiers ? Avait-il d'autres complices ? Les familles des victimes du terroriste se posent encore bien des questions, bientôt un an après les attaques de ce dernier... 

Pour Latifa Ibn Ziaten, mère d'Imad, militaire tué par Mohammed Merah et originaire de Sotteville-les-Rouen, les récentes déclarations de Manuel Valls sont la preuve que l'enquête avance. Nous avons réussi à la joindre par téléphone et elle nous a déclaré que "la justice est en train de faire son travail. Nous n'avons pas encore la vérité mais au moins quelqu'un travaille pour faire avancer le dossier." 
Au début du week-end, la mère de la première victime de Mohamed Merah avait de mettre en cause les autorités, estimant en revanche que la famille du "tueur au scooter" n'avait "rien fait" pour prévenir ses actes.

Des déclarations qui interviennent alors que le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a estimé, dans un entretien qui doit être diffusé mercredi 6 mars sur France 3, qu'il y avait eu "une faute" de la part de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dans la surveillance de Mohamed Merah.

"Mohamed Merah a sali l'islam"


Si celui-ci avait été "bien élevé, bien éduqué, il ne serait pas devenu un assassin", a estimé Mme Ibn Ziaten, qui a fondé une association et écrit un livre à paraître ce mercredi, quasiment un an jour pour jour donc après la mort de son fils, le 11 mars 2012 à Toulouse. L'habitante de Sotteville se demande ainsi "Pourquoi sa mère, qui savait qu'il était dangereux, n'a-t-elle pas fait le nécessaire? Pourquoi son frère, qui a écrit un livre racontant son parcours, n'a-t-il pas fait le nécessaire? Pourquoi sa sœur, qui dit qu'elle est fière de son frère, n'a-t-elle pas fait le nécessaire? Ils n'on rien fait", s'est-elle indignée.

Latifa Ibn Ziaten a estimé aussi que Mohamed Merah avait "sali l'islam". "L'islam n'a jamais dit qu'il fallait tuer qui que ce soit. L'islam est pour la paix, l'amour, le partage, le respect. On ne mélange pas l'islam avec la haine", a-t-elle ajouté.
Pour elle, Merah "n'était pas un musulman, c'était un délinquant, un terroriste, un assassin, tout simplement".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire merah justice