• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Un radar embarqué de nouvelle génération en circulation dans la Manche ce lundi

Un radar embarqué nouvelle génération dans une voiture banalisée de la gendarmerie à Saint-André-de-Cubzac, en Gironde (juin 2013). Photo AFP / © AFP Nicolas Tucat
Un radar embarqué nouvelle génération dans une voiture banalisée de la gendarmerie à Saint-André-de-Cubzac, en Gironde (juin 2013). Photo AFP / © AFP Nicolas Tucat

La Manche est l'un des 19 départements dans lesquels sont déployés à partir de ce lundi  20 nouveaux radars mobiles de contrôle de vitesse. 

Par LQ avec AFP

Vingt voitures banalisées de police et de gendarmerie, équipées de radars détectant les véhicules qu'elles croisent en excès de vitesse, seront déployées à partir de  ce lundi 21 octobre dans 19 départements, dont celui de la Manche, a annoncé vendredi dernier la Sécurité routière.

Ce nouveau système de contrôle automatisé, dit de "contrôle en approche", constitue une fonction supplémentaire des radars mobiles de nouvelle génération (RMNG), embarqués depuis le 4 mars sur 46 Mégane Renault des forces de l'ordre, précise la Sécurité routière.

Ces 46 voitures banalisées peuvent déjà photographier, sans flash, tous les véhicules en infraction de vitesse de deux manières : en roulant lorsqu'elles sont dépassées par la gauche; en stationnement sur le bord d'une route pour les véhicules dans les deux sens de circulation.

Une voiture banalisée dans la Manche, deux en Seine-Maritime

A partir de ce lundi, 13 Renault Mégane et 7 Peugeot 208, équipés de la fonction "contrôle en approche" vont circuler dans 19 départements : Paris, Ain, Aisne, Côtes-d'Armor, Dordogne, Eure-et-Loir, Gard, Indre-et-Loire, Loiret, Manche, Marne, Moselle, Seine-Maritime (deux véhicules), Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Yvelines, Hauts-de-Seine, Val-d'Oise, Vendée.

D'ici à la fin de l'année, tous les radars mobiles de nouvelle génération seront mis à jour pour effectuer les trois types de contrôle (dépassement, en approche, en stationnement).
Pendant la même période, 13 Peugeot supplémentaires seront mises en service. En tout 300 RMNG seront déployés sur les routes d'ici à la fin 2015, annonce la Sécurité routière.

Le parc des radars s'élève désormais à un total de quelque 4.100, dont 2.200 radars fixes, 890 radars mobiles et 66 RMNG.

Le fonctionnement ces radars dans ce reportage (JULIEN CHOLIN, REGIS MATHE - FRANCE 2)

##fr3r_https_disabled##
Le fonctionnement des nouveaux radars embarqués (France 2)


Le contrôle en approche : comment ça marche ?

Le reportage de l'AFP à bord d'une voiture de la gendarmerie

PLATEAU DE SACLAY (France), 18 oct 2013 (AFP) -
Ni vu, ni connu. En quelques minutes, la berline anodine a flashé une voiture et une camionnette en excès de vitesse qui venaient de la croiser sur une petite route du plateau de Saclay, en région parisienne.
"Ce mode, dit +contrôle en approche", est une nouvelle fonction des radars mobiles de nouvelle génération" (RMNG), mis en service le 4 mars, explique à l'AFP Aurélien Wattez, chef du département du contrôle automatisé à la Sécurité routière.

La Peugeot 208 banalisée est conduite par un capitaine de police en uniforme.
Rien ne la distingue des autres véhicules à part les deux discrètes lucarnes des flashs insérés en dessous des plaques immatriculations avant et arrière et le boitier gris de l'appareil photo posé derrière le pare-brise.
Assis à côté du conducteur, Aurélien Wattez pianote sur la tablette pour régler le radar, selon la vitesse maximum imposée sur les petites routes du plateau de Saclay (50 km/h, 70 km/h, 90 km/h).
La photographie en couleurs de la Clio bleue, croisée deux secondes auparavant, s'affiche sur la tablette. On voit distinctement le conducteur et sa plaque d'immatriculation.
La voiture fautive roulait à 84 km/h au lieu de 50 km/h. Quelques minutes plus tard, c'est la photo d'une camionnette blanche qui apparait : 66 km/h au lieu de 50 km/h.
Ces deux véhicules ne seront pas sanctionnés car le "contrôle en approche" ne sera effectif qu'à partir du lundi 21 octobre. 

Le "contrôle en approche" s'ajoute aux fonctions des RMNG embarqués sur les 46 Mégane Renault des forces de l'ordre qui photographient depuis le 4 mars tous les véhicules en infraction de vitesse, soit lorsqu'elles sont dépassées par la gauche, soit lorsqu'elles stationnent sur le bord d'une route pour contrôler la vitesse des véhicules dans les deux sens de circulation.

Lundi, chacun de ces 20 véhicules banalisés sera occupé par deux policiers ou deux gendarmes en uniforme, soit un conducteur et un opérateur du radar "formé en un journée à son utilisation", dit Aurélien Wattez. Le coût total de chaque véhicule ainsi équipé s'élève à 70.000 euros.
Au terme de chaque patrouille, les données des véhicules en infraction seront envoyées en quelques secondes au centre national de traitement automatisé des infractions de Rennes.

Les premiers radars mobiles de nouvelle génération ont, selon la Sécurité routière, permis l'envoi de plus de 50.000 avis de contravention en six mois, soit une moyenne de 36 infractions par jour et par radar.

Sur le même sujet

Eté 2019 dangereux à Acquigny (Eure)

Les + Lus