Le débarquement en 10 questions : que représentent les bornes et la voie de la liberté ?

Borne N° 0, installée à Sainte-Mère-Eglise
Borne N° 0, installée à Sainte-Mère-Eglise

1 145 kilomètres ... 1 145 bornes entre Sainte-Mère-Eglise en Normandie et Bastogne, en Belgique. Ce sont autant de repères sur la Voie de la Liberté pour matérialiser par chaque kilomètre parcouru en 1944, la trace des soldats qui ont libéré la France et le monde de la barbarie nazie.

Par Erick Haas

Sur la place de la mairie de Sainte-Mère-Eglise, juste devant le monument aux morts, vous ne pouvez pas la manquer ! C'est la première borne de la voie de la liberté qui part de Normandie pour rejoindre la  Belgique et la ville de Bastogne.
Cartes Michelin 102 (Bataille de Normandie) et 105 (Voie de la Liberté) publiées en 1947. / © cartesmich.free.fr.
Cartes Michelin 102 (Bataille de Normandie) et 105 (Voie de la Liberté) publiées en 1947. / © cartesmich.free.fr.

A l'origine de la voie de la Liberté

 Gabriel Hocquart et Guy de la Vasselais / © Dés juin 1944, de retour d’un voyage aux États-Unis, le colonel Guy de la Vasselais, ancien chef de la mission militaire française de liaison tactique auprès du XXe Corps de la 3ème Armée U.S, conçoit avec Gabriel Hocquard, le maire de Metz, de commémorer la libération de la France.
Ils proposent de réaliser une série de bornes, sur le modèle de celles qui jalonnent la Voie sacrée commémorant la bataille de Verdun, durant la 1ère guerre mondiale.
En 1946, le Comité National de la Voie de la Liberté est créé et la borne de la Liberté N° 0 est inaugurée le 16 septembre 1947 à Sainte-Mère-Eglise.

 / © airborne-museum.org
/ © airborne-museum.org

La symbolique des bornes de la liberté 

Le modèle de la borne est dû au sculpteur François Cogné. À l’origine, c’était une borne de ciment rose, haute de 1m20 et pesant environ 435 kg..
Elle représente une flamme, symbole de la liberté, sortant des flots de l’océan Atlantique que les alliés américains ont traversé pour libérer l’Europe.
 / © Sa couronne de 48 étoiles représente les 48 états des Etats-Unis (en 1944).
Les 4 rectangles de couleur rouge représentent les 4 tronçons de la Voie de la Liberté :
     - Sainte-Mère-Eglise - Cherbourg 
     - Sainte-Mère-Eglise - Avranches 
     - Avranches - Metz 
     - Metz - Luxembourg - Bastogne
Au centre de la borne, on notera que le flambeau de la liberté sortant de la mer prend pour modèle celui de la statue de la Liberté, à New-York.
Sur la face blanche enfin, on trouve des indications diverses telles que kilométrage, le numéro de la borne et des informations de direction.

Au total,1200 bornes identiques à celle de Sainte-Mère-Eglise jalonnent les différents tronçons de la Voie de la Liberté. 


Un symbole disputé

 / © Si la commune de Sainte-Mère-Église a pu servir de point de départ à la Voie de la Liberté, c'est grâce à la détermination de son maire de l'époque, Alexandre Renaud. Celui-ci aurait bénéficié de ses bonnes relations avec Guy de la Vasselais et obtenu ainsi cet honneur au grand dépit des nombreuses autres villes normandes qui le revendiquaient (Carentan, Cherbourg, Bayeux, etc.).
Cette décision a d'ailleurs donné lieu à une démarche contestataire de la municipalité de Sainte-Marie-du-Mont où se trouve Utah Beach. Après le choix de Sainte-Mère-Église pour l’installation de la borne 0, elle a répliqué en installant sa propre borne baptisée N° 00, en bordure de la plage où a débarqué la 3 ème Armée Américaine du général Patton, courant juillet 1944.

 

Le choix de l'itinéraire

 / ©

Guy de La Vasselais et Gabriel Hocquart ont choisi un des itinéraires les plus glorieux de la reconquête alliée : le parcours triomphal de la 3e Armée Américaine du général Patton, depuis son débarquement sur la côte normande, sa percée dans le Cotentin puis sa célèbre chevauchée jusqu'en Moselle et la frontière allemande qu'il a atteint en 54 jours.
Par la suite, en mars 1946, une association Belgo-américaine a proposé aux Français de prolonger la voie de la Liberté jusqu’à Bastogne, ce qui a été accepté. Le 5 juillet 1947, on a procédé à la pose officielle de la borne clôturant le parcours en Belgique.
Quant à l’inauguration de l'itinéraire dans sa totalité, elle a lieu le 18 septembre 1947, à Fontainebleau.

 

Les bornes aujourd'hui

Le long des grands axes routiers français, de très nombreuses bornes d'origine ont été remplacées par des copies en matériaux légers, moins dangereuses en cas d'accident de la route.
Il subsiste cependant quelques modèles originaux, notamment à Champillon dans la Marne, à Frisange au grand-duché de Luxembourg, ainsi que toutes les bornes longeant la route nationale N4 en Belgique, depuis la frontière luxembourgeoise, au Rosenberg et jusqu'à Bastogne.

A lire aussi

Sur le même sujet

Gestion de l'incendie Lubrizol : le préfet assume

Les + Lus