• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Cérémonie de réconciliation au cimetière allemand de La Cambe

© Stéphanie Lemaire / France 3 Basse-Normandie
© Stéphanie Lemaire / France 3 Basse-Normandie

L'association franco-canadienne Westlake Brothers' souvenir a choisi la symbolique journée de l'Europe pour que soient aussi honorés les 22 300 soldats de la Wermacht tombés en Normandie entre le 6 juin et le 20 août 1944 qui reposent dans ce cimetière

Par Pierre-Marie Puaud

En 2009 déjà, 65 ans après le débarquement, l'association avait fait flotter ensemble les drapeaux français, allemands, canadiens et européens dans ce lieu qui résume à lui seul l'absurdité de la guerre. A La Cambe, après les combats, les américains avaient enterré les dépouilles des soldats allemands et les GI's tombés au combat dans deux parcelles adjacentes. Les corps des américains furent ensuite rapatriés aux Etats-Unis ou transférés à Colleville à la création du cimetière militaire américain. En 1954, les cadavres allemands enterrés à la hâte un peu partout dans le Calvados et dans l'Orne ont commencé à y être regroupés.

Inauguré en 1961, le cimetière militaire allemand de La Cambe est géré par le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge, le service pour l'entretien des sépultures. Il s'étend sur plus de 7 hectares. Plus de 22 000 dépouilles de soldats reposent sous de discrètes stèles de granit. Tous sont tombés pendant la bataille de Normandie. Beaucoup étaient jeunes, âgés de 18 ans, 19 ans, parfois moins. Les membres de Westlake Brothers' souvenir ne sont pas plus vieux : ils ont choisi d'y revenir au nom d'un Devoir de Mémoire résolument tourné vers l'avenir.

 / © Stéphanie Lemaire / France 3 Basse-Normandie
/ © Stéphanie Lemaire / France 3 Basse-Normandie


L'association qui plaide pour que les jeunes trouvent leur place dans le cycle commémoratif du 70 ème anniversaire du débarquement a donc organisé une cérémonie sobre, à l'image de ce lieu. Après un temps de recueillement, des orateurs se sont succédés au micro pour lire des textes, pour dire des mots de réconfort, de réconciliation. Sous le gris ciel printanier de Normandie, une voix a dit un poème de René Arcos, écrit en 1919 au lendemain de la première guerre mondiale :


Les Morts…

Le vent fait flotter
Du même côté
Les voiles des veuves

Et les pleurs mêlés
Des mille douleurs
Vont au même fleuve.
Serrés les uns contre les autres
Les morts sans haine et sans drapeau,
Cheveux plaqués de sang caillé,
Les morts sont tous d’un seul côté.

Dans l’argile unique où s’allie sans fin
Au monde qui meurt celui qui commence
Les morts fraternels tempe contre tempe
Expient aujourd’hui la même défaite.

Heurtez-vous, ô fils divisés!
Et déchirez l’Humanité
En vains lambeaux de territoires,
Les morts sont tous d’un seul côté.

Car sous la terre il n’y a plus
Qu’une patrie et qu’un espoir
Comme il n’y a pour l’Univers
Qu’un combat et qu’une victoire.

Sur le même sujet

La Normandie présente en force au salon du Bourget 2019

Les + Lus