Manifestation nationale à Caen contre les coupes budgétaires dans la santé

La manifestation a réuni entre 500 personnes, selon la police, et 1300 personnes selon les syndicats ce mercredi dans les rues de Caen
La manifestation a réuni entre 500 personnes, selon la police, et 1300 personnes selon les syndicats ce mercredi dans les rues de Caen

Selon les syndicats, une cinquantaine d'hôpitaux étaient représentés ce mercredi à Caen pour protester contre les coupes budgétaires mais également contre la répression de l'action syndicale.

Par CM

"Tu ne penses qu'aux sous, je ne pense qu'aux soins", "Stop aux économies sur le dos des personnels", "Non à l'austérité, halte à la criminalisation", voilà quelques slogans qu'on pouvait lire ce mercredi dans la manifestation des personnels de santé venus protester dans les rues de Caen contre les coupes budgétaires dans la santé. Dans le viseur du gouvernement pour participer aux 10 milliards d'économies demandées à l'Assurance maladie, l'hôpital public a annoncé début avril un plan de 5 à 7 milliards en cinq ans. Cette manifestation nationale a réuni entre 1000 et 1300 personnes selon les syndicats, des agents venus de Bretagne, de Haute-Normandie, de région parisienne et même de Toulouse, une cinquantaine d'hôpitaux français représentés selon la CGT. 

En choisissant la capitale bas-normande pour cette manifestation, les syndicats ont également voulu dénoncer la "judiciarisation de l'action revendicative". Le cas de l'hôpital psychiatrique du Bon sauveur a suscité une certaine indignation dans le monde syndical. "Les moyens et l'offre de soin diminuent, les conditions de travail sont de plus en plus difficiles et la réponse partout en France c'est la criminalisation de l'action syndicale", dénonce Wilfrid Davoult, de la CGT Santé, "A Caen, ça a été la police à l'hôpital, le tribunal administratif qui nous a condamnés et ça se reproduit partout. On a appelé aujourd'hui l'Agence régionale de santé et la Préfecture à beaucoup de vigilance parce que ça ne pourra pas durer. Dans les services, c'est tendu et la répression comme elle se fait en ce moment risque d'engendrer des grandes difficultés pour le dialogue social."

En avril dernier, le tribunal administratif de Caen a interdit tout blocage de l'hôpital du Bon Sauveur sous peine d'une astreinte de 500 euros par jour. Pour les syndicats, visés par cette ordonnance, cette décision a été vécue comme une atteinte au droit de grève.

A lire aussi

Sur le même sujet

fermeture du dernier magasin d'aeromodelisme à Caen

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne