Cet article date de plus de 6 ans

A Caen, Rots, le Havre, Rouen : des caméras de vidéo surveillance piratées en Normandie.

Plus de 70 000 caméras de vidéo surveillance ont été piratées dans le monde, 2176 en France et quelques centaines en Normandie. Parmi les villes concernées, il y a Caen, Rots, le Havre, Rouen. 
© Bertrand Lasseguette
Chez vous dans votre salon, dans votre chambre, à l'entrée de votre maison. Toutes ces images sont visibles sur le site insecam. Plus de 70 000 caméras de vidéo surveillance ont été piratées dans le monde, 2176 en France et quelques centaines en Normandie. Parmi les villes concernées, il y a Caen, Rots, le Havre, Rouen. En plus des vidéos, le hacker donne la localisation approximative en données GPS, le nom du constructeur de la caméra, ainsi que le login et le mot de passe qui permet d'accéder au matériel.

Un hacker bienveillant 

Le hacker a profité de la négligence des propriétaires de caméra IP. Bien souvent, ces privés ne changent pas les mots de passe et conservent celui du constructeur. Le piratage devient alors un jeu d'enfant. L'objectif de l'auteur du piratage: signaler ce défaut de sécurité justement. Cette démarche est censée sensibiliser les usagers et les fabriquants.

Le hacker se présente comme bienveillant et vertueux: c'est un white hat (au contraire des black hat, des "pirates" mal intentionnés qui utilisent leurs connaissances pour leur seul profit). Voyeurisme lucratif ou contestation? La méthode peut sembler contestable. Sans compter que sur le site insecam, on peut trouver de nombreuses publicités. Le site est hébergé en Russie.

Un acte répréhensible

Problème d'éthique, violation du droit à l'image, intrusion illicite dans un système informatique. Les questions que posent ce genre d'initiative sont nombreuses.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société internet