Cet article date de plus de 5 ans

Fusion Alcatel/Nokia : quelles répercussions pour le site d’Eu (Seine-Maritime) ?

L’annonce de la fusion entre Alcatel et Nokia inquiètent les syndicats du site de production basé à Eu en Seine-Maritime.
© Emmanuelle Partouche
Les équipementiers en télécommunication Alcatel-Lucent et Nokia ont annoncé ce mercredi 15 avril avoir trouvé un accord permettant le lancement d'une offre publique d'échange du groupe finlandais sur son concurrent français au premier semestre 2016.

Le rapprochement de ces anciennes stars déchues des nouvelles technologies doit donner naissance à un champion européen capable de rivaliser avec le suédois Ericsson ou la nouvelle concurrence chinoise.

Au final, Nokia offre 0,55 de ses propres actions pour chaque action Alcatel-Lucent, valorisant le groupe français 15,6 milliards d'euros, ont précisé les deux entreprises dans un communiqué commun. Au terme de la transaction, les actionnaires de Nokia détiendront deux tiers du capital du groupe fusionné et ceux d'Alcatel, le tiers restant.
Le nouveau groupe s'appellera Nokia, sera basé en Finlande et dirigé par les actuels patrons de l'équipementier finlandais: Risto Siilasmaa conservera son poste de président du conseil d'administration, tandis que Rajeev Suri restera directeur général.


Le futur ensemble s'est fixé pour objectif de réaliser 900 millions d'euros d'économies sur ses coûts d'ici 2019. Il espère aussi réduire ses frais financiers de 200 millions dès 2017.
L'objectif d'économies sur les coûts devra être atteint sans suppression d'emplois supplémentaires à l'issue des restructurations en cours dans le groupe français, ont ajouté les deux sociétés.

Alcatel-Lucent avait planifié 10.000 suppressions de postes en octobre 2013, dont 600 en France, dans le cadre de son plan stratégique "Shift 2013-2015". L’usine d’Eu (Seine-Maritime) était concernée par ce plan est était devenue une filiale déténue à 100% par Alcatel destinée à être rachetée par un repreneur. Avec l’annonce de cette fusion, Christophe Riou, délégué syndical CFDT Alcatel-Lucent Eul est inquiet pour l’avenir du site Haut-Normand.
durée de la vidéo: 01 min 30
Fusion Alcatel / Nokia


Le groupe compte aujourd'hui 53.000 salariés dans le monde, dont 8.000 en France, tandis que Nokia emploi 55.000 personnes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie emploi technologies téléphonie