Argent de poche : que reçoivent les jeunes Normands ?

Publié le

Souvent signe d’indépendance, l’argent de poche et la première carte bancaire constituent des étapes importantes dans l’autonomie des adolescents. Chaque famille a sa recette pour gérer au mieux cette étape.

16 ans, c’est l’âge moyen du premier retrait bancaire selon le dernier sondage de la banque en ligne pour les jeunes Pixpay. Rien d’étonnant puisque cela correspond à l’entrée au lycée et souvent au premier voyage en autonomie. « Si les jeunes poussent autant pour avoir leur première carte c’est aussi qu’elle revêt un caractère symbolique vers l’indépendance » commente Caroline Ménager, co-fondatrice de la start-up.

Côté argent de poche, plusieurs modèles familiaux existent. 50% des parents préfèrent ne pas donner à fréquence régulière.

Parmi eux, 28% préfèrent subvenir aux loisirs de leurs enfants directement lorsque les occasions se présentent. A Caen, c’est le cas de Stéphanie, maman de Lucas : « Il a 14 ans donc on estime qu’il n’en a pas encore besoin. Mais la question commence à se poser. Pour le moment il gère avec l’argent qu’il reçoit déjà lors des étrennes, des anniversaires et de Noël. S'il veut acheter une paire de chaussures mais qu’il n’en a pas besoin par exemple, je lui demande de participer et ainsi il prend déjà conscience de la valeur des choses » estime-t-elle.

Selon ce sondage, seulement 8% des enfants ne reçoivent pas du tout d’argent de poche. C’est le cas de Morgan, 15 ans qui vit à Vernon. Sa maman explique ne pas lui en donner à cause de sa séparation : « il en avait lorsqu’il habitait avec son père et si on était encore ensemble on lui en aurait sans doute donné mais là c’est trop compliqué à gérer entre les deux foyers ».

L’apprentissage d’un budget à gérer

Principal argument qui revient du côté des 42% des familles qui donne de l’argent de poche régulièrement : apprendre à gérer un budget. « J’estime qu’il peut commencer à gérer un budget. Pour le moment, je lui donne 5 euros par semaine et il gère comme il le souhaite. Très souvent cela va à destination de mangas ou de bonbons à la boulangerie » raconte la maman de Joseph, 11 ans.

Pour un tiers des familles qui donnent régulièrement, l’argent sert de récompense après un service rendu. « Cela lui donnera la valeur du travail. Mais j’envisage de le faire uniquement pour des tâches ponctuelles, pas pour la participation à la vie familiale quotidienne » ajoute la havraise Caroline. Elle donne ainsi l’exemple de la garde exceptionnelle des petits frères de Joseph, confiée d'ordinaire à un babysitter.

En moyenne, les jeunes Normands reçoivent 28 euros d’argent de poche, contre 32 euros au niveau national. Selon l’étude de Pixpay, les Bretons et les Normands sont les plus économes au niveau national.

Cette somme évolue selon les tranches d’âges et double ainsi entre les 10-12 ans qui reçoivent en moyenne 21 euros, pour environ 52 euros après 18 ans.

"Il me parait normal d'augmenter le budget chaque année. Au fur et à mesure cet argent lui servira pour des dépenses du quotidien comme les transports" développe Caroline, la maman de Joseph. 

Quelle stratégie privilégier ? 

Chaque famille semble trouver le modèle qui convient le mieux à son fonctionnement. Il n'existe donc pas de bonne ou de mauvaise technique en tant que tel en ce qui concerne l'argent de poche. Selon la psychologue clinicienne et psychothérapeute Marie Haddou, quelques principes doivent tout de même être respectés. Le princiapal étant que l'argent ne doit pas être une source possible de chantage.

"En privant l'adolescent l'argent de poche après une mauvaise note par exemple, cela contribue à passionner le sujet de l'argent et n'apporte pas de réponse constructive. En revanche s'il s'agit d'un dépassement du forfait téléphonique, demander de payer la différence avec l'argent de poche s'avère être constructif pour apprendre la valeur de l'argent", explique la spécialiste.