Le bilan du président du conseil régional de Normandie, un an après son élection

Hervé Morin / © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Hervé Morin / © CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Il y a 1 an presque jour pour jour, Hervé Morin devenait le président de la nouvelle région Normandie. Qu'en est-il des 3 principaux sujets sur lesquels il s'était engagé ? Réponse ici. 

Par DM avec François Pesquet

Elu avec près de 5 000 voix d'avance sur Nicolas Mayer-Rossignol, le candidat socialiste sortant, Hervé Morin a pris ses fonctions de président de la nouvelle région Normandie, en janvier dernier. 
Dès son installation, il a annoncé 3 grandes priorités : 
  • Créer une agence unique chargée de l'économie, chargée d'aider les entreprises à exporter 
  • Développer l'accès au train et aux pôles de santé dans les territoires oubliés
  • Supprimer près de 500 postes de fonctionnaires 
Un an plus tard, l'Agence de Développement pour la Normandie (ADN) a bien été créée même si l'opposition dénonce l'absence de conditions environnementales ou sociales pour l'octroi des aides régionales et le peu d'entrain du président à soutenir l'éolien Offshore sur Dieppe Le Tréport. 
Pour ce qui est des transports, Hervé Morin est parvenu à reprendre la gestion des trains Intercités en échange d'un financement par l'état de 40 rames de trains. L'opposition souligne la vétustité des infrastructures ferroviaires. 

En revanche, le président de région revient sur son idée de supprimer des postes de fonctionnaires. Il explique que ses estimations n'étaient pas bonnes. L'opposition affirme même que le nombre des fonctionnaires régionaux a augmenté de près de 4%. 

VIDEO : le récit de François Pesquet (montage: Xavier Robert) : 

Hervé Morin, un an après

 

Sur le même sujet

Les + Lus