Amiante : la stèle en hommage aux victimes à Condé-en-Normandie ne sera pas déplacée

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olfa Ayed

La stèle en hommage aux victimes de l'amiante ne bougera pas de place, indiquent la maire de Condé-en-Normandie et le sous-préfet de Vire (Calvados) ce mercredi 27 avril 2022. Une clarification qui fait suite à des rumeurs d'un déplacement.

Il n’y a "pas de projet en cours, ni de début de projet" de déplacer la stèle en hommage aux victimes de l’amiante, indique le sous-préfet de Vire, Pierre-Emmanuel Simon, contacté ce mercredi 27 avril 2022. Même son de cloche du côté de la maire de Condé-en-Normandie, Valérie Desquesne : "Rien n’est prévu, les budgets sont transparents il n’y a rien du tout de mentionné. Ce n’est absolument pas à l’ordre du jour. On n’envisage pas de bouger cette stèle."

Des réponses qui interviennent après la publication d'un article dans la presse locale, où il est rapporté que lors de l’assemblée générale de l’association locale des victimes de l’amiante (Alva), le 22 avril 2022, son président Jean-Claude Barbé a parlé du projet de la Ville et de la sous-préfecture de Vire de déplacer la stèle, pour des raisons de sécurité.

Cette annonce, il l'aurait faite suite à une discussion remontant à mars dernier entre l'association, la mairie et la sous-préfecture. À l’époque, une réunion organisée par la sous-préfecture avec l’équipe municipale et l’Alva avait pour thème la sécurité du rassemblement du 16 mars – prévue en parallèle du procès sur l’amiante en appel à Paris. Lors de cette réunion, la Ville a évoqué l’emplacement de la stèle, reconnaît la maire: "On a posé la question au président pour savoir comment ça se passait, est-ce que l’association, avec les membres, envisageait de déplacer la stèle pour justement éviter le problème de sécurité parce que le président lui-même reconnaissait que les adhérents commençaient à vieillir et que parfois c’était beaucoup plus lent. C’est juste une discussion à bâtons rompus sur le thème de la sécurité. Jamais la commune n’a eu le moindre projet de changer l’emplacement de cette stèle."

Un sujet sensible

Un possible malentendu qui serait le fruit de l‘émotion, estime l’élue. Condé-sur-Noireau, ancienne commune rattachée à Condé-en-Normandie, est profondément marquée par les dégâts causés par l'amiante. On estime à 1500 le nombre de personnes qui en ont été victimes. Cette stèle représente beaucoup pour les habitants.

C’est le monument aux morts des victimes de l’amiante. Ils ne sont pas morts pour la France mais morts parce qu’ils ont travaillé dans les usines d’amiante. Leurs patrons n’ont pas su les protéger sur le plan respiratoire. Ils ont inhalé des poussières d’amiante et les médecins n’ont pas su les protéger non plus.

Jean-Claude Barbé, président de l'association locale des victimes de l'amiante (Alva)

France 3 Normandie

Le lieu en lui-même est symbolique, souligne le président : "Cet endroit est face aux deux vallées : la vallée de la Ver, tragiquement nommée la "vallée de la mort", et la vallée du Noireau. Dans la vallée de la Ver il y avait de nombreuses usines Ferodo-Valeo, des usines d’amiante".  Alors pour lui et pour ses adhérents, il n’est pas question que la stèle bouge de place. "Elle est à l’entrée de Condé ça fait voir ce que représente l’amiante à Condé", réagit Chantal Ménard. Son époux a disparu à l'âge de 54 ans des suites de son exposition à l’amiante.

La stèle, placée sur le rond-point nord de la ville, sur l’axe routier Caen-Flers à l’entrée et à la sortie de la ville de Condé-en-Normandie rend le lieu difficile d'accès. Ainsi, elle n’est accessible que pour les cérémonies d’hommage. "On comprend, on est bien d’accord qu’il y a une circulation importante, reconnaît le président de l'association. J’ai mis en place un protocole lorsqu’on vient sur cette stèle pour faire un dépôt de gerbe. Il y a des signaleurs. Deux signaleurs sur la partie descendante et la partie montante."

Un problème de sécurité d’emplacement reconnu par la sous-préfecture mais aucun dont elle ne puisse répondre indique le sous-préfet qui ajoute que le déplacement de la stèle ne se fera qu'à l'initiative de l'association des victimes de l'amiante.

Pour l’heure donc, la stèle restera bien à sa place.