• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Quelle est la première ville normande libérée ? Quand la bataille de Normandie se joue sur l'image

Ranville, Sainte-Mère-Eglise et Bayeux revendique le titre de "première ville libérée de France".
Ranville, Sainte-Mère-Eglise et Bayeux revendique le titre de "première ville libérée de France".

Plusieurs communes se réclament du titre de première ville libérée de France. On en compte au moins trois en Normandie : Ranville, Sainte-Mere-Eglise et Bayeux. Et chacune développe des arguments de poids.

Par CM et HJ

Si l'image des soldats débarquant sur les plages normandes est restée gravée dans les mémoires, le débarquement des Alliés en Normandie s'est d'abord fait par les airs, dans la nuit du 5 au 6 juin. Les premiers hommes du jour J sont les parachutistes, ceux de la 6e division aéroportée britannique commandée par le Major Hword et les 82e et 101 divisions aéroportées américaines (82nd et 101st Airborne), chargées de sécuriser le flanc droit de l’opération Overlord. Les premiers libérateurs sont donc venus du ciel.
 
Dans les premières heures du 6 juin 44, les hommes du Major Howard donnent un "Coup de main" aux Alliés en s'emparant des ponts de Bénouville et de Ranville. Au coeur cette dernière commune de 2000 âmes, une plaque rappelle, 75 ans plus tard, cette page d'Histoire et plus précisément la contribution du 13e bataillon du régiment de parachutistes britanniques à la libération du "premier village de France", à 2 h 30.

Pour Monsieur le maire aucun doute sur l'horaire : "On a rencontré plusieurs vétérans qui se rappellent très bien ce qui s'est passé, qui se rappellent très bien l'heure à laquelle ils sont arrivés sur la commune." Et la venue, à plusieurs reprises, du Prince Charles ou du président de la République atteste, selon Jean-Luc Adelaïde, du statut particulier de la commune dans l'histoire. Un statut revendiqué par d'autres dans la région.

Il faut absolument sortir de ces vaines querelles


A 100 kilomètres plus à l'ouest, dans la Manche, la commune de Sainte-Mère-Eglise a longtemps clamé être la première commune libérée de France. Le village était l'un des objectifs prioritaires des parachutistes américains le 6 juin 1944 et dès 4 h 30, le drapeau des Alliés flotta sur la mairie. Mais dans le secteur d'Utah beach, sa voisine, Sainte-Marie-du-Mont, lui dispute le "titre". "Il faut absolument sortir de ces vaines querelles", affirme, avec une pointe de lassitude, le maire de Sainte-Mère, Jean Quétier, "Utah beach peut se réaliser parce qu'on contrôle Sainte-Mère et le parachutage à Sainte-Mère-Eglise n'a de sens que parce que l'on débarque à Utah beach. Sainte-Mère et Utah beach sont liées par l'histoire. Ne les délions pas !"
  

Les mots et les symboles

Une troisième candidate au "titre" joue elle sur les mots et les symboles. Bayeux, la capitale du Bessin, à proximité de Gold beach, revendique le titre de "première VILLE libérée", même si les Britanniques ne la libérèrent que le 7 juin. Mais c'est surtout, pour certains, la venue une semaine plus tard du "chef de la France libre", le général De Gaulle, et son discours qui donnent à la ville de Bayeux cette dimension symbolique et historique. Les historiens, eux, ont encore du mal à trancher aujourd'hui entre ces trois communes. 




 

A lire aussi

Sur le même sujet

Nourriture jetée, le directeur de Carrefour s'explique

Les + Lus