A bord du nouveau tramway de Caen : “il est très paisible, très doux !”

Le nouveau tramway à la station Saint-Pierre / © Pierre-Marie Puaud / France 3 Normandie
Le nouveau tramway à la station Saint-Pierre / © Pierre-Marie Puaud / France 3 Normandie

Après dix-huit de mois d'un chantier express qui a singulièrement compliqué le quotidien des habitants de l'agglomération de caen, le tram est entré en service tôt ce samedi 27 juillet. Les usagers découvrent  le confort des nouvelles rames. Elles ne font pas regretter l'ancien TVR...

Par Pierre-Marie Puaud

Quand la première rame est sortie du dépôt peu après 4h du matin, on ne se pressait guère sur les quais. Rien d'étonnant un samedi matin au coeur de l'été. Le président de Caen-la-mer avait en revanche fait sonner le réveil. Joël Bruneau était à bord, ponctuel, manière de rappeler que le tram l'est aussi. "On est sans doute la collectivité qui a réalisé un chantier de cet ampleur dans la période la plus courte !". Le nouveau tramway entre en service à la date prévue, ce qui n'est pas un moince exploit.
 

 

En un peu plus d'un an et demi, il a fallu démonter les anciennes voies de feu le TVR, poser de nouveaux rails, prolonger les lignes et même construire de nouveaux tronçons. Le chantier express n'est pas passé inaperçu. Beaucoup d'usagers accueilent donc ce nouveau Tram avec soulagement. Philippe habite près de l'église Saint-Pierre, dans le centre-ville de Caen : "les travaux, je commençais à en avoir assez, assez, assez !". C'est un cri du coeur.
 
© Pierre-Marie Puaud / France 3 Normandie
© Pierre-Marie Puaud / France 3 Normandie


Sur les quais, les agents de Twisto reconnaissables à leur tenue renseignent des voyageurs. "Avant, on avait une ligne A, et une ligne B. Maintenant, c'est T1, T2 et T3. Les lignes ont changé, elles ont été agrandies. Les gens sont un peu perdus", explique Louane qui sert de guide. "Parce que les gens ne savent pas toujours quel tramway prendre." Twisto dispose d'un parc de vingt-six rames neuves fournies par Alstom. Elles circuleront de 5h45 à 0h30 du lundi au samedi. Le service est réduit le dimanche et les jours fériés de 8h45 à 0h30.
 
Tramway de Caen : 18 mois de travaux pour tourner la page
Le tramway à Caen, c'est une longue histoire d'amour et de désamour. Avec ce nouveau tram, c'est une nouvelle page qui s'ouvre pour le développement de la ville.


Le confort du nouveau matériel emporte asez vite l'adhésion."C'est plus spatieux", constate Francis. Philippe ajoute : "on sent qu'il y a plus d'espace que dans le précédent. On devrait pouvoir faire monter tout le monde !". "Je suis ravi. Le tram me manquait. Je le prends tous les jours, ajoute Francis qui espère ne plus connaître les désagréments vécus avec le précédent tramway "qui était toujours en panne". Les quartiers de la ville défilent derrière les larges baies vitrées, laissant une impression de vitesse. "Pourtant, ce n'est pas bruyant, souligne Philippe. C'est très paisible, très calme, très doux". C'est peut-être le début d'une idylle entre Caen et son tramway.
 
Le tramway à quai dans la nouvelle station Château / Quatrans / © Pierre-Marie Puaud / France 3 Normandie
Le tramway à quai dans la nouvelle station Château / Quatrans / © Pierre-Marie Puaud / France 3 Normandie

 

Le tram en chiffres

  • 16,2 kms de voies dont 900 m de tronc commun aux trois lignes. La moitié du réseau est engazonné ce qui a nécessité l'apport de 50 000 m3 de terere végétale.
  • 36 stations dont 5 communes aux trois lignes (de la station Quai de Juillet à la station Château-Quatrans)
  • 26 rames dont une vingtaine en circulation chaque jour. 210 places par rame de tramway. Fréquence de 10 minutes sur chaque branche, 3'20 sur le tronc commun dans le centre-ville.
  • 64 000 voyageurs attendus chaque jour (contre 42 000 avec le précédent Tram de type TVR)
  • Un nouveau centre d'exploitation et de maintenance construit à Fleury-sur-Orne. 5000 m² d'atelier, 2500 m² de bureaux. Une station de lavage de 500 m².
  • 259,9 millions d'euros d'investissement (dont 52 millions pour l'achat des rames) financés par Caen-le-mer (avec une subvention de 27 millions d'euros de l'état et une participation de 45 millions d'euros du département du Calvados)

Les + Lus