Caen : nouveaux travaux sur le périphérique, une circulation encore plus compliquée

Automobilistes caennais, vos déboires dans les bouchons ne vont pas se dissiper prochainement. Outre les travaux d'agrandissement des voies et de consolidation du viaduc de Calix, la création d'une bretelle de sortie et l'aménagement du quartier de la gare vont davantage perturber la circulation.

Déjà bien dense depuis la rentrée, la circulation risque de se surcharger davantage ces prochains mois sur le périphérique nord de Caen. Aux chantiers de passage à trois voies et de consolidation du viadux de Calix, s'ajoute la création de la bretelle Hamelin. Cette nouvelle voie de sortie dans le sens Paris-Cherbourg sera située entre l’échangeur n°4 vers Hérouville et la Pierre-Heuzé, et celui de la sortie n°5 "Côte de Nacre", menant vers le CHU

Première conséquence pour les automobilistes caennais, la chaussée extérieure du périphérique nord sera fermée entre ces deux échangeurs dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 octobre, de 20h00 à 6h00. Ensuite, jusqu'à la fin juin 2022, la chaussée sera réduite et la vitesse abaissée à 70 km/h. Cette limitation est déjà en vigueur depuis de nombreux mois dans le sens inverse, Cherbourg-Paris. Par ailleurs, les poids-lourds de plus de 3,5 tonnes auront interdiction de dépasser. Ces restrictions seront maintenues de jour comme de nuit, week-end compris durant toute la durée du chantier.

De nouvelles embûches sont donc à prévoir pour les usagers d'une route souvent encombrée aux heures de pointe, mais qui était tout de même plutôt roulante le reste du temps, contrairement à la voie allant dans le sens inverse, bondée quasiment en permanence depuis le début du chantier d'aggrandissement des voies. 

Prendre son mal en patience

Les difficultés de circulation vont donc s'accentuer, d'autant plus qu'à quelques encablures seulement, le passage du pont de Calix à une voie de circulation créé un véritable capharnaüm routier. Il génère en effet d'énormes bouchons sur le périphérique, ainsi que dans le centre-ville de Caen, choisi comme itinéraire de contournement par beaucoup d'automobilistes. 

Conséquences en chaîne : de nombreux Caennais arrivent en retard au travail ou à leurs rendez-vous, les bus de ville ne parviennent plus à tenir leurs horaires de passage, et les cars de ramassage scolaire déposent les collégiens et lycéens de la périphérie très tard en fin de journée. 

Quartier de la gare, route de Saint-Contest : les autres points rouges

Le nord de Caen est décidemment bien embêté par les travaux, puisque ceux de la rue de la folie, délimitant la frontière entre Caen et Saint-Contest, vont durer plus longtemps que prévu. De huit mois, ils passent à 16. La route demeurera fermée jusqu’au début de l’automne 2022. Les usagers habituels empruntent donc les axes proches, comme la route de Courseulles.

Du côté de la gare, ça se passe mieux... pour l'instant. Depuis la rentrée, fini les feux tricolores entre le bas de la rue de Falaise et le quartier de Vaucelles. En prévisions des travaux de transformation du quartier de la gare et de la rue d'Auge, des giratoires temporaires ont été mis en place. Clairement, la circulation en est fluidifiée. Mais attention à ne pas y prendre trop goût, car la situation ne va pas durer. Le chantier va durer un an et demi. 

L'objectif est de donner un coup de jeune au quartier. Outre les voies de circulation qui repasseront en double-sens partout, 67 arbres seront plantés et le plus grand skatepark de l'agglomération caennaise y verra le jour. Des pistes cyclables seront également aménagées. En ce moment, à Caen, c'est certain, on circule mieux et plus vite à vélo qu'en voiture. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
trafic routier circulation économie transports