Caen :le pharmacien Philippe Lailler ne peut plus vendre ses médicaments sur internet

Philippe Lailler, en 2013, dans sa pharmacie du quartier de la Grâce-de-Dieu à Caen. / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE
Philippe Lailler, en 2013, dans sa pharmacie du quartier de la Grâce-de-Dieu à Caen. / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Le pharmacien caennais (également adjoint au maire) fut l'un des pionniers de la vente de médicaments en ligne. La cour d'appel administrative de Nantes vient de mettre un coup d'arrêt à cette activité.

Par CM

Il avait été l'un des premiers à se lancer en France dans la vente de médicaments en ligne. En novembre 2012, Philippe Lailler, pharmacien dans le quartier de la Grâce-de-Dieu à Caen (et devenu depuis adjoint au maire de la ville) lançait son service de vente sur internet. Très vite, cette initiative suscitait l'hostilité de certains de ses confrères qui décidaient de porter plainte auprès du conseil de l'ordre des pharmaciens de Basse-Normandie



L'Agence Régionale de Santé a également mis son grain de sel dans le dossier. En 2014, elle ordonnait à Philippe Lailler de mettre en conformité ses locaux avec la réglementation sous peine de santicons financières. En effet, pour développer son activité de vente en ligne, le pharmacien caennais utilise des locaux de stockage situés à Fleury-sur-Orne, à plus de 3 kms de son officine. Or, ce commerce doit être réalisé dans un local unique.

Le pharmacien caennais avait obtenu gain de cause devant le tribuanl administratif de Caen en 2015. Mais cette décision vient d'être désavouée par la cour administrative d'appel de Nantes. « De telles exigences sont justifiées par le souci de lutter contre le risque de commercialisation de médicaments falsifiés et de garantir le respect par le pharmacien de son devoir particulier de conseil », indique la Cour. La défense avait plaidé que cet imératif n'était pa compatibe avec la vente à distance, l'activité requérant une place importante pour stocker et préparer les envois.

La cour administrative d'appel ordonne donc à Philippe Lailler de suivre l'injonction que lui a adressée l'Agence Régionale de Santé en 2014, à savoir mettre ses locaux en conformité.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Maxime Mettot, syndicat alliance- normandie

Près de chez vous

Les + Lus