Caen : le photographe Patrick Chauvel confie ses archives au Mémorial

Patrick Chauvel devant la médiathèque du Mémorial de Caen qui sera reconfigurée pour accueillir ses archives. / © France télévisions
Patrick Chauvel devant la médiathèque du Mémorial de Caen qui sera reconfigurée pour accueillir ses archives. / © France télévisions

En 2020, une salle du musée sera dédiée au travail du grand reporter de guerre. 380 000 clichés et mille heures de films consacrés aux grands conflits de ces cinquante dernières années que le public pourra consulter. 

Par Emilie Flahaut

Il connait bien la Normandie Patrick Chauvel. Cet habitué du Prix Bayeux des correspondants de guerre est revenu il y a quelques jours à Caen pour travailler avec le Mémorial sur le fonds Chauvel. Un fonds qu'il a créé en 2014 et qui rassemble l'ensemble de son travail photographique : un demi-siècle de guerres de 1968 à nos jours, du Vietnam au Liban, du Cambogde aux Balkans, de l'Angola à la Syrie. A l'exception d'un ou deux conflits, il les a tous couverts pour raconter la petite histoire dans la grande histoire et essayer de comprendre derrière le viseur la folie des hommes.

Un fonds pour quoi faire?


A 70 ans, cela lui fait un peu drôle de faire entrer son travail dans un musée. Mais ce fonds ne prendra pas la poussière. Il sera à la disposition des chercheurs et du public via les expositions que le Mémorial proposera.
Patrick Chauvel sera même présent au Mémorial au moins une fois par mois espère-t-il. Il s'installera à son bureau dans la mezzanine-médiathèque réconfiguée où seront conservées toutes ses photos indexées. Il participera également à des soirées thématiques ouvertes au grand public.

Notre métier c'est de raconter l'histoire et de la transmettre à la jeune génération et là je vois qu'il y a plein plein de jeunes dans le hall qui vont forcément monter ici , regarder les photos et comme je serai là (...), il y aura un échange, on pourra les amener à comprendre l'histoire, photos à l'appui et ils pourront consulter les archives.

 


Une structure unique en France


Rares sont les photographes vivants à disposer d'une telle structure. Elle est même unique en France. Un nouveau port d'attache pour ce rapporteur de guerre comme il aime à se définir et qui n'envisage pas de lâcher le terrain. Patrick Chauvel veut raconter, raconter encore cette humanité au milieu du chaos.

Sur le même sujet

Agnès Buzyn s'exprime sur les taux de dioxine suite à l'incendie de Lubrizol

Les + Lus