• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

La FFF tacle United Managers: l'avenir du football participatif caennais est-il compromis ?

United Managers permet aux internautes de coacher une véritable équipe de football, l'Avant-garde caennaise, évoluant en Régional 1. / © LOIC VENANCE / AFP
United Managers permet aux internautes de coacher une véritable équipe de football, l'Avant-garde caennaise, évoluant en Régional 1. / © LOIC VENANCE / AFP

Permettre à des internautes de coacher une véritable équipe de football, l'AG Caennaise, c'est le concept lancé par United Managers cette saison. Mais ce projet suscite l'hostilité des adversaires des Caennais en Régional 1. La fédération française vient récemment d'acter en leur faveur.

Par CM

Pour United Managers, la FFF change les règles du jeu en cours de saison

[mise à jour du 25 janvier]
Dans un communiqué de presse en date du 24 janvier, United Managers note qu'en "effectuant ces modifications dans les règlements généraux, la FFF change les règles du jeu en cours de saison, désavoue par la même occasion ses éducateurs et autres membres de la Commission des statuts de l’éducateur de la Ligue de Normandie et prouve que son action n’a que pour seul et unique but de nuire au projet United Managers et au club de l'Avant Garde Caennaise. Que plusieurs articles soient introduits expressément contre un projet et un club est probablement sans précédent dans l’histoire du football français."

Le championnat reprendra ses droits le 23 février et nos adversaires devront compter sur l’équipe de l’AGC pour se battre jusqu'à la dernière journée et conserver cette première place acquise dans l'adversité la plus violente qui soit.

Les dirigeants de United Managers annoncent  "prendre le temps de la réflexion pour mesurer la portée de ces modifications et leur applicabilité" . Ils insistent sur le fait que "ces nouvelles dispositions ne signent pas la fin du projet United Managers".
 

L'Avant-Garde caennaise en tête du championnat de Régional 1

Avec 25 points à son actif, l'Avant-garde caennaise domine actuellement son groupe en championnat de Régional 1 (la sixième division). Et pourtant, sa gestion sportive est la cible de nombreuses critiques. Celles-ci ont fusé dès le coup d'envoi de la saison. Et toutes émanent des adversaires du club caennais. Ces derniers viennent récemment de recevoir un soutien de poids, celui de la Fédération française de football.
 

Si Julien Le Pen et ses adjoints constituent les entraîneurs officiels de l'AG Caennaise, d'autres acteurs ont cette saison leur mot à dire dans le coaching de l'équipe. Lancé par une entreprise caennaise, l'application "United Managers" permet à des internautes de donner leur avis sur des points essentiels comme la sélection des joueurs ou les stratégies à mettre en place, y compris en cours de match. Pour ce faire, la société, qui a investi plusieurs centaines de milliers d'euros, assure une retransmission en direct des recontres du championnat de Régional 1. 

Les adversaires de l'Avant-Garde Caennaise se sont rapidement émus auprès de la ligue de football de Normandie de la dimension commerciale du projet "United managers". "Pourquoi une société commerciale vendrait des abonnements pour filmer nos équipes parce qu'il faut être deux équipes pour jouer, la leur et la notre, et qu'il n'y aurait qu'une seule équipe qui bénéficierait de ces royalties ?", déclarait ainsi Laurent Moineau, Président du club de Dives-Cabourg, à l'une de nos équipes en août dernier. Les opposants pointaient également le non-respect du statut de l'entraîneur, censé être le seul maître à bord en matière de gestion purement sportive.
 

La FFF tacle United Managers sans le nommer

Lors de sa dernière assemblée fédérale, le 8 décembre 2018, la Fédération française de football s'est prononcée sur ces sujets "litigieux". Et a tranché en faveur des adversaires de l'AG Caennaise en précisant certains points de son règlement, sans toutefois mentionner, à aucun moment, le club caennais et United managers.

Dans le document récemment mis en ligne sur son site internet (page 10), la FFF indique tout d'abord que "Aucun club ne peut signer de contrat ni établir de partenariat permettant à un tiers d’acquérir, d’une quelconque manière, la capacité d’influer sur l’indépendance ou la politique d’un club ou encore sur les performances de ses équipes." Entre les lignes, c'est le partenariat entre United Managers et l'AG Caen qui semble visé.
 

L'entraîneur, le seul patron ?

La fédération rappelle ensuite le statut de l'entraîneur et attaque, une nouvelle fois sans nommer l'intéressée, le concept lancé par l'entreprise caennaise. "Aucune tierce partie, au sens de l’article 27 bis des Règlements Généraux de la F.F.F., ne peut remettre en cause la responsabilité réelle de l’équipe détenue par l’entraineur principal, ou l’effectivité de sa fonction, en tentant d’une quelconque manière d’imposer ou d’influencer ses choix en matière de gestion sportive."

Enfin, sur le sujet de la retransmission video des rencontres, la FFF stipule que "aucune forme d’exploitation audiovisuelle des rencontres de compétitions officielles ne peut s’effectuer sans le consentement préalable et exprès de la Ligue ou du District concerné". Or, la ligue de Normandie a décidé en août dernier que United managers n'aurait pas le droit de filmer les matchs.

Ces décisions de la FFF, "à effet immédiat", semblent compromettre l'ensemble du projet United Managers.
 

 

Sur le même sujet

Qui connaît les mesures de restriction d'eau ?

Les + Lus