La future prison de Caen provoque la colère des agriculteurs qui se font confisquer leurs terres

© IP3 PRESS/MAXPPP
© IP3 PRESS/MAXPPP

La construction de la future prison de Caen, à Ifs (14) ne fait pas que des heureux. Dans cette partie sud de l'agglomération, les agriculteurs ont déjà subi la rurbanisation à outrance et ses pavillons neufs. Cette prison, c'est 15 hectares de terres agricoles qui vont disparaître d'ici 2019. 

Par Alexandra Huctin

Ils ont fait leur calcul, à ce rythme là, en France, c'est l'équivalent d"un département rayé de la carte tous les 5 ans. Dans le Calvados, 900 hectares de terres agricoles sont transformés en terrains constructibles, tous les ans.
Et tout cela commence à faire beaucoup. Aussi la FDSEA du Calvados a décidé de taper du poing sur la table. Elle dénonce la construction du futur centre pénitentier d'Ifs, dont les travaux devraient commencer en 2019 pour une mise en service en 2022.
Pourquoi? Et bien parce qu'elle voit là, 15 hectares partir. "C'est pas compliqué, c'est 1000 baguettes par an, c'est 15 hectares de blés", expliquent-ils avec amertume.

Ils ont décidé d'afficher leur colère... / © F3normandie
Ils ont décidé d'afficher leur colère... / © F3normandie



Patrice Lepainteur de la FDESA 14 s'exprime dans cette vidéo : 

 


Le reportage de Jean-Yves Gélébart et Carole Lefrançois : 
 

Le grignotage des terres agricoles

 

Sur le même sujet

La météo normande du 5 décembre 2017

Près de chez vous

Les + Lus