Législatives Caen 1: quels candidats et quelles propositions pour l'éducation ?

Dans la première circonscription du Calvados, une circonscription très urbaine et longtemps acquise au PS, plusieurs candidats sont issus du monde de l'éducation. Nous avons voulu savoir quelles étaient leur proposition dans ce domaine.

Marie-Jeanne-Gobert, Eric Vève, Sonia de la Provôté, Karine Gualbert et Fabrice le Vigoureux sont candidats aux législatives dans la première circonscription du Calvados
Marie-Jeanne-Gobert, Eric Vève, Sonia de la Provôté, Karine Gualbert et Fabrice le Vigoureux sont candidats aux législatives dans la première circonscription du Calvados
On la surnomme souvent Caen 1. La première circonscription du Calvados englobe une bonne partie de l'ancienne capitale bas-normande et 29 autres communes situées à l'ouest de l'agglomération. Une circonscription plutôt urbaine qui a souvent été acquise au Parti socialiste: l'ancien ministre Louis Mexandeau y a été élu à trois reprises entre 1978 et 1986 et le député sortant, l'ancien maire socialiste de Caen Philippe Duron y achève son troisième mandat.

Présentation de la première circonscription du Calvados

Législatives 2017: présentation de la première circonscription du Calvados

Les candidats sur la première circonscription du Calvados (cantons de : Caen I, Caen II, Caen III, Caen VIII, Caen IX, Tilly-sur-Seulles) :

Quelles propositions pour l'éducation ?

Parmli les candidats se présentant aux prochaines élections législatives dans la première circonscritpion du Calvados, plusieurs sont issus du monde de l'éducation. c'est notamment le cas du candidat de La République en Marche, Fabrice Le Vigoureux, professeur à l'université, Marie-Jeanne Gobert (Parti Communiste), professeure retraitée, et Karine Gualbert, psychologue de l'Education nationale. L'occasion poour nous de savoir quelles sont leurs propositions en matière d'éducation, notamment concernant les effectifs des classes et la sélection (ou non) à l'université.

A gauche, on se prononce tout d'abord contre la réduction du nombre de fonctionnaires voulue par le nouveau président de la République. C'est le cas de la candidate communiste Marie-Jeanne Gobert. La France insoumise réclame, de plus, la création de 50 000 postes dans le secteur de l'éduction. Eric Vève, candidat PS qui s'est très tôt revendiqué de l'étiquette "majorité présidentielle" et Fabrice Le Vigoureux, de La République en Marche, mettent tous deux en avant la mesure phare d'Emmanuel Macron durant la campagne: des classes à 12 élèves maximum dans les classes de CP et CEA en zonne d'Education Prioritaire. A droite, Sonia de la Provôté affirme qu'elle votera (si elle est élue) le recrutement d'enseignants mais estime que celà ne suffit pas: "recruter c'est mettre les mesures nécessaires derrière (...) il faut repenser l'organisation de l'école".

Dans l'enseignement supérieur, le professeur d'université Fabrice Le Vigoureux (LREM) plaide pour une meilleur information des nouveaux étudiants quant aux taux de réussite et des débouchés des différentes filières. Il estime également qu'"il faut accepter un certain nombre de prérerquis à l'entrée de certaines filières très encombrées". Le candidat investi par le PS, Eric Vève, pense que la sélection devrait se faire "plutôt sur les dossiers, sur la motivation, plutôt que sur un tirage au sort". Sonia de la Provôté met en avant le retard de la France par rapport à d'autres pays européens concernant l'orientation des étudiants. a gauche, la France insoumise souhaite intéger les grandes écoles aux universités "afin d'égaliser les moyens pour tous".  Pour Marie-Jeanne Gobert, "il y a une refonte totale des lois qui concernent l'université qui doit être pensée", une rfélexion plus vaste que le périmètre pédagogique englobant également les questions du logement et de la santé.


Reportage de Pauline Latrouitte, Jean-Michel Guillaud et Clothilde Moschetti

Caen 1: quelles propositions en matière d'éducation ?

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections législatives politique élections éducation société