PORTRAIT. Roller derby, un sport qui "casse les codes" pour Mathilde Rosette

Publié le
Écrit par Kanwaljit Singh .

Le roller derby fête ses 10 ans à Caen (Calvados) le week-end du 1 et 2 octobre 2022. ​Bien qu’encore méconnu du grand public, ce sport grandit peu à peu. Nous avons rencontré la joueuse Mathilde Rosette pour nous en parler.

20h30, mercredi 28 septembre 2022. Le bruit strident des patins qui dérapent résonne dans la salle du gymnase de la pomme d'or à Caen (Calvados). Les tours de pistes sont de plus en plus rapides. Douze joueuses de roller derby s'entraînent sous les coups de sifflet de leur coach. Parmi elles, Mathilde Rosette. Une passionnée qui a rejoint le club de Caen il y a 2 ans. Elle est concentrée, déterminée et a toujours un sourire quand elle croise le regarde de ses co-équipières. Il n'y a qu'à voir son visage, la jeune femme de 28 ans est heureuse d'être là : "j'adore ce sport, c'est une passion, un vrai défouloir pour moi, j'ai trouvé patin à mon pied on va dire". 

 

C'est en 2018 que Mathilde découvre cette discipline. Une amie la pratique à Caen, elle se rend à un match pour la soutenir et a un "vrai coup de cœur". Puis la cherbourgeoise s'envole pour Bogota en Colombie et s'installe sur place. Elle veut faire du sport et rencontrer des personnes : "c'était l'occasion de m'y mettre, j'ai contacté plusieurs clubs et j'ai fini par trouver". Elle se lance dans la discipline en étant totalement novice : "je ne savais clairement pas patiner comme la plupart des personnes qui débutent. Pendant près d'un an, j'ai appris à patiner, donner des coups, en recevoir et puis maîtriser les règles du jeu. Quand j'ai commencé à avoir une bonne base j'ai été acceptée dans l'équipe".

Quand je m'y suis mise, je ne savais pas patiner, j'ai dû tout apprendre, mais c'est généralement le cas dans cette discipline

Mathilde Rosette

Depuis, elle ne peut se passer de ce sport. En rentrant de Colombie, Mathilde s'installe à Alençon (Orne) et joue pendant plusieurs mois au RD Mans 72. Puis elle est mutée à Caen où elle est formatrice pour les personnes qui veulent se reconvertir en agriculteur.

Alors en 2020 elle rejoint l'équipe de roller derby caennais et c'est avec enthousiasme qu'elle nous explique les règles du jeu : "un match dure 1h avec 2 périodes de 30 minutes et se divise en 'jam', des portions jusqu'à 2 minutes". Cinq joueuses, deux équipes qui s'affrontent et elles n’y vont pas de main morte : “il y a 4 bloqueuses et 1 jammeuse dans chaque équipe. Elles sont alignées et se lancent sur la piste au coup de sifflet. Derrière elles, les deux dernières joueuses de chaque équipe, les jammeuses, partent juste après. On les reconnaît à leur étoile sur le casque. Leur but : dépasser les bloqueuses adverses, groupées en pack, pour passer en tête et faire le plus de tours de piste possible". 

Mathilde est "jammeuse" et sur la piste elle fonce, elle n'a pas peur du contact ni de chuter : "la jammeuse c'est la seule qui marque les points donc faut tout donner". Les meilleures d’entre elles peuvent mettre entre 10 à 12 secondes pour faire un tour !



Un sport politique

Le roller derby est un sport atypique créé par les femmes pour les femmes à la base : "mais quand on vient au roller, on casse les codes, il y a beaucoup de bienveillance et pas de jugement. Les cis genres et les queers peuvent jouer avec nous, on n'exclut personne et on refuse les idées patriarcales". Un sport inclusive et de non-appartenance à un genre. 

D'ailleurs à Caen elles se surnomment les "joueureuses" et non des joueuses. Solidarité et cohésion sont sûrement les deux mots qui résument l'esprit de ce jeu. Et toutes ont un pseudo inscrit sur leur maillot au dos. Mathilde se surnomme "Jacky Chan". C'est un marqueur d’émancipation au roller derby : "les surnoms définissent ta personnalité, ton style de jeu, ton caractère". Des guerrières à paillettes aussi avec leur maquillage sur le visage lors des rencontres.





Promouvoir le sport

Apparue dans les années 1930 aux Etats-Unis, la discipline est d’abord affublée du nom de « catch sur roller » en raison des contacts rugueux qui égrenaient les rencontres, la discipline a connu son âge d’or dans les années 60 avant de se dissiper à partir des années 80 et de renaître à l’orée des années 2000 sous une forme plus moderne telle qu’on la connait aujourd’hui. Ce sport arrive en France en 2009 notamment grâce au film Bliss. On compte environ 4000 licenciés dans l'hexagone.



Mais le Roller Derby reste encore méconnu du grand public. Alors pour en parler, l'équipe de Caen organise un événement pour fêter ses 10 ans le week-end du 1er et 2 octobre. Pendant ce week-end, des matchs, une exposition et une soirée au rendez-vous pour rencontrer les joueuses.



Les  "joueureuses" caennaises veulent faire connaître ce sport en dehors de leur cercle proche. Toutes sont bénévoles au sein de l'association qui les représente et elles sont investies pour faire bouger les choses. Une initiative qui tient à cœur à Mathilde : "quand il y a des événements associatifs, on essaye d'y être pour sensibiliser et éveiller la curiosité de la population, on a même le projet de démarcher les bars pour proposer des diffusions de matchs de championnats français ou mondial dans les établissements".



La pratique du sport a tout de même évolué à Caen. Maintenant les entraînements ont lieu dans un gymnase. À ses début, il y a 10 ans, les équipes s'entraînaient sur le parking d'un supermarché. Une anecdote qui fait sourire Mathilde : "c'est super, ca prouve qu'à l'époque les filles en voulaient, elles n'ont rien lâché pour faire exister ce sport !". Même si la jeune femme aimerait que la mairie aille un peu plus loin : "on aimerait que la ville de Caen nous trace une piste sur le sol car là on se débrouille avec des plots, ce serait chouette".



Il y a 10 ans, les caennaises s'entraînaient dans un parking de supermarché :



Aujourd'hui, l'équipe de Caen compte environ 25 joueuses. Mais elle accueille 30 nouvelles recrues cette année :" ça fait plaisir, ça montre qu'il y en quand même un engouement". Ce qui est sûr c'est que Mathilde aka Jacky Chan est loin de vouloir arrêter cette passion et que ce soit à Caen ou ailleurs, le roller derby fait totalement partie de sa vie.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité