L'élite des poulains et pouliches s'affronte ce lundi à Deauville

Traditionnellement organisées à Longchamp, les Poules d’Essai des Poulains et des Pouliches se disputeront ce lundi 1er juin à Deauville, en raison de la situation sanitaire. 
L'hippodrome de Deauville
L'hippodrome de Deauville © Lou BENOIST / AFP
Ce n'est pas la première fois que ce rendez-vous, l'un des premiers temps forts de la saison, est organisée à Deauville. Déjà en 2016 et en 2017, l'hippodrome normand avait dû pallier l'indisponibilté de Lonngchamps. Cette année, c'est la situation sanitaire (l'ïle de France est classé "orange") qui justifie cette délocalisation. Ce lundi 1er juin, l'élite des "bébés" pur-sang s'affrontera sur la piste deauvillaise. Mais devant des tribunes vides, la fin du huis-clos sur les hippodromes étant programmée le 21 juin.

Les Poules d'essai des poulains et des pouliches sont qualifiées de courses classiques: elles sont réservées aux poulains et aux pouliches de 3 ans, dans le but de sélectionner les meilleurs reproducteurs de la race du pur-sang. Disputées en ligne droite sur la distance de 1.600 mètres (un mile anglais), ces courses testent chez les bébés pur-sang leur qualité de vélocité et leur capacité à résister à la distance.
    
L'entraîneur André Fabre, le plus titré au départ dans la Poule d'essai des poulains (il a déjà remporté la course à sept reprises) sellera l'un des favoris, Victor Ludorum, ainsi qu'Arapaho et Alson, deux bonnes chances. Victor Ludorum était l'attraction de la réunion du 11 mai, qui a sonné la reprise des courses françaises, mais n'a fini que troisième du Prix de Fontainebleau.
    
"André Fabre est très content du poulain, il est en pleine forme. Dans le Prix de Fontainebleau, il était un peu trop frais, il avait besoin de cracher son feu. Cette course lui a fait du bien", estime Lisa-Jane Graffard, représentante en France de Godolphin, propriétaire de Victor Ludorum. "Le seul point d'interrogation que nous avons concerne la ligne droite, qu'il va découvrir".
 

Une Poule à 360 000 euros   

Parmi les concurrents de cette "Poule" version masculine, dotée de 360.000 euros, The Summit est un excellent challenger. C'est le vainqueur du Prix de Fontainebleau. Le poulain Ecrivain confié à Maxime Guyon, défendant la casaque des frères Wertheimer, sera aussi très suivi.  Carlos Laffon-Parias, son entraîneur "n'est pas inquiet pour le tracé en ligne droite". Il espère "que la piste sera bonne mais pas trop légère, ce qui peut faire mal aux chevaux". 
    
Dans le clan des pouliches, Jean-Claude Rouget, dont les effectifs sont partagés entre Pau et Deauville, compte quant à lui quatre victoires dans cette "Poule".  Avec l'invaincue Simeen, propriété de l'Aga Khan et montée par Christophe Soumillon, il pourrait bien égaler, au palmarès de la course dotée de 300.000 euros, les légendes que sont les entraîneurs François Mathet et Alec Head (cinq victoires chacun).
   
Huis-clos oblige, c'est à la télévision que les turfistes pourront suivre ces courses qui peuvent servir de tremplin aux Prix du Jockey-Club et de Diane.

Deauville très sollicité

Sur l'hippodrome de Deauville, les premiers tours de piste ont eu lieu ce jeudi 28 mai. Initialement, ces courses étaient programmées à Longchamp. Ce samedi 30 mai, c'est Auteuil qui s'est également délocalisé en Normandie, avec pas moins de 10 courses programmées dont un Quinté +.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
hippisme sport