Législatives 2022 : déserts médicaux, attractivité, emploi, ce qu’il faut retenir du débat de la 3e circonscription du Calvados

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olfa Ayed

Les 12 et 19 juin, les électeurs de la 3e circonscription du Calvados vont choisir leur député. Ce secteur rural, empreint d’un sentiment de relégation, a placé le RN en tête lors des deux tours de la présidentielle. Le parti d’extrême-droite va-t-il remplacer l’élue sortante Nathalie Porte (LR) ? Que proposent les candidats aux Législatives ?

Située au Sud-Est du département, la 3e circonscription du Calvados va élire son représentant à l’Assemblée Nationale lors des élections législatives du 12 et du 19 juin prochain.

Les Calvadosiens devront faire leur choix entre huit candidats : Nathalie Porte, la députée LR sortante, Jérémie Patrier-Leitus (Horizons, coalition Ensemble), Marine Wilmet (RN), Didier Canu (LFI, coalition Nupes), Edouard Fauvage (Reconquête !), Steven Mafiodo (Debout la France), Michel Langevin (Lutte Ouvrière) et Johann Guzman Vélez (Parti animaliste).

Centrée autour des villes de Falaise et de Lisieux, cette circonscription est composée de 12 cantons :

  • Bretteville-sur-Laize,
  • Cambremer,
  • Livarot,
  • Mézidon-Canon,
  • Morteaux-Couliboeuf,
  • Orbec,
  • Saint-Pierre-sur-Dives,
  • Falaise Nord,
  • Falaise Sud,
  • Lisieux-2,
  • Lisieux-3
  • et la partie de la commune de Lisieux comprise dans le canton de Lisieux-1.

Empreint d’un sentiment de relégation, ce secteur à dominante rurale, est mal desservi, mal équipé en services publics, touché par les déserts médicaux. Le pouvoir d’achat y est en berne et sa population diminue (-0,4% depuis 2013). C'est à toutes ces problématiques que le député élu va devoir faire face.

Alors que les électeurs de la circonscription ont placé en tête au premier et au second tour de la présidentielle, la candidate d’extrême-droite Marine Le Pen, à quelques voix près d’Emmanuel Macron, l’une des questions de ces législatives est de savoir si les électeurs vont rester fidèles à ce vote ou s’ils feront confiance à un autre candidat, voire à la députée sortante Nathalie Porte.

Législatives 2022 : quelle attractivité pour ce territoire ?

Ce territoire rural est mal desservi. Pour se rendre à leur travail, 83,2 % des résidents de la circonscription utilisent une voiture. Seulement 6,9% se déplacent à pied ou à vélo. Ces modes doux sont adoptés par 8,4 % des actifs en emploi au niveau national. Cette utilisation de la voiture touche le budget des ménages avec l’augmentation des prix de l’énergie dont celui des carburants. Des ménages dont le revenu médian est déjà inférieur à la moyenne française. Il est de 20 490 euros par an contre 21 930 euros au niveau national. Même constat concernant la pauvreté : 45,54% des habitants de la circonscription sont pauvres ou modestes, selon les données de l’Insee, contre 40% en France.

Pourtant, le taux de chômage est relativement bas dans la 3e circonscription du Calvados puisqu’il culmine à 6,2% contre 7,3% en France. La part des employés et des ouvriers est supérieure à la moyenne nationale. Mais les professions intermédiaires et les cadres supérieurs ne sont pas attirés par le territoire ou ne restent pas. Pour pallier ce manque d’attractivité et faire venir de grandes sociétés ou industries, il faut, selon Nathalie Porte, "libérer la facilité d’accès au terrain." "On n'a plus la possibilité de pouvoir construire pour un particulier et une entreprise, c'est la même chose. J'en discutais hier avec une entreprise de transport lexovien qui souhaite s'agrandir sur Lisieux et aujourd'hui elle est poussée vers les métropoles. Les choix politiques du gouvernement c'est de faciliter les accès aux métropoles mais par contre la ruralité on l'a laissée de côté", poursuit-elle.

Du côté de Didier Canu, pour rendre le territoire attractif, la solution se trouve du côté de la création d’emplois et des transports : "Toute la transition écologique sera créatrice d’emplois, de nouveaux emplois, de nouveaux domaines (...) Pour désenclaver on a aussi le ferroviaire, malheureusement ces derniers temps il a été mis de côté. On peut aussi essayer de développer tous ces transports."

Martine Vilmet, candidate RN, reconnait l’importance de développer les transports mais pour elle, ce n’est "pas une priorité." La sienne, c'est le pouvoir d’achat. Elle défend une baisse de la TVA : "Nous on est pour la baisse de la TVA de 20% à 5,5 sur les produits énergétiques (gaz, électricité, le gasoil). Mettre à 0% les 100 premiers produits de première nécessité."

Sur le pouvoir d'achat et les prix de l'énergie, Didier Canu défend, lui, une augmentation du Smic :"On propose d'augmenter le smic à 1500 euros (...) qu'il n'y ait plus de personnes en-dessous du seuil de pauvreté." 

Nathalie Porte veut bloquer les prix de l'énergie et souhaite que "le prix du litre soit à 1,50 euros."

Législatives 2022 : santé et services publics

Autre enjeu pour ce territoire la santé et les déserts médicaux. Pour la candidate LR, "il faut absolument nous battre pour conserver nos hôpitaux. Il y a un lien direct entre la médecine de ville qui se porte mal, le manque de médecins généralistes, de spécialistes et comme nos concitoyens n'en trouvent pas ils vont à l'hôpital. Beaucoup de choses ont été faites, on a eu la création de pôles de santé (...) le développement de la télémédecine, qui aide sur Livarot, et à Lisieux un centre de santé avec des médecins salariés." 

Ce qu’on propose, c'est d’accompagner les jeunes qui veulent entreprendre des études de médecine et en contrepartie, lorsqu'on les accompagne, c'est de venir s'installer un certain nombre d'années dans le secteur.

Didier Canu, candidat LFI (coalition Nupes) de la 3e circonscription du Calvados

France 3 Normandie

Martine Vilmet défend l'incitation à s’installer dans les campagnes, comme Jérémie Patrier-Leitus qui veut également inciter les médecins à venir sur le territoire. "On mettra tout l'argent qu'on veut à l'hôpital de Lisieux et de Falaise. L'Etat a pris sa part, je le rappelle, 35 millions d'euros", souligne-t-il.

Les candidats LR, Horizons, RN et LFI abordent la question de l'accès aux soins dans leur circonscription

Edouard Fauvage, du parti Reconquête ! évoque la maternité de Falaise, fermée en 2015, qu'il veut rouvrir et "lancer un grand plan blanc de 40 000 aides-soignants, infirmiers, pour les campagnes avec la nécessité d'avoir ces services publics qui reviennent dans la ruralité." 

"Il faut éviter que les hôpitaux soient étranglés par les banques. Quand on a recours à une banque, il y a des intérêts en jeu, il y a de l'argent public qui ne va pas là où il doit aller", considère de son côté Michel Langevin, candidat de Lutte ouvrière.

La désertification médicale et le manque de services publics est pointé du doigt par les candidats. La part de la population ayant accès aux équipements sur sa commune de résidence, dans tous les secteurs, est très en-dessous de la moyenne nationale.

L'Emploi, les transports, le pouvoir d'achat, la santé sont autant de défis qui attendent le prochain député, élu le 19 juin prochain.

Ci dessous le débat entre les sept candidats à retrouver également sur notre plate forme france.tv