Sidel. La direction conteste le rejet de son PSE, et rencontre les salariés pour une médiation

Publié le

Ce jeudi 11 mai, une réunion de médiation s'est tenue entre les représentants de la direction et des salariés de l'usine Sidel de Lisieux, sept mois après l'annonce de la fermeture du site. Dans le même temps, l'entreprise fait savoir qu'elle a déposé un recours contre le rejet de son PSE par la direction du travail.

A l'usine Sidel de Lisieux, l'heure est à l'apaisement et la discussion constructive. Sept mois après l'annonce fracassante de la fermeture de l'entreprise fabricante de machines d'équipements de conditionnement, il semblerait que chacune des parties veuille avancer vers une issue conciliée, et rapide pour la centaine de salariés travaillant sur le site du Pays d'Auge. 

Ce jeudi 11 mai, quatre représentants de la direction et quatre représentants des salariés se sont réunis, à l'initiative du préfet du Calvados, qui a souhaité intervenir pour rapprocher les parties après des mois de tensions. Le début des débats a tout de même été un peu houleux, la direction ne souhaitant pas la présence du conseiller des salariés Mickaël Wamen. L'ancien délégué syndical CGT de l'entreprise Goodyear est accusé d'instrumentaliser les négociations par les dirigeants de Sidel. 

Sidel conteste le rejet de son PSE par la Direction du travail

Par la suite, les discussions se sont tenues de manière cordiales entre les deux parties, dans un contexte récent plutôt favorable aux salariés. La semaine dernière, la Direction du travail annonçait en effet le rejet du PSE déposé par la direction de Sidel. On apprend aujourd'hui que l'avocat de l'entreprise a déposé un recours au tribunal administratif pour contester la décision. 

"C'est une bonne nouvelle", commente Me Philippe Pradal, avocat des salariés. "Le processus judiciaire va durer au moins quatre mois. Au moins, les emplois seront préservés durant cette période. Nous allons aussi pouvoir profiter de ce temps pour pouvoir discuter avec la direction".

La direction précise que ce laps de temps peut aussi permettre de trouver un accord collectif, sans forcément attendre la décision du tribunal. "L'idée est que cela reste apaisé, non politisé. On espère que l'on arrivera à dialoguer, commente la direction de Sidel, qui a pour objectif de trouver une situation avant l'été. "Ce serait la meilleure solution pour tout le monde, car les salariés sont fatigués de cette situation qui commence à trop durer, conclut-elle. D'autres rencontres de médiation doivent avoir lieu dans les prochaines semaines. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité