Un nouveau squat à Ouistreham, dans un logement appartenant à la mairie

Publié le

Des militants de plusieurs collectifs ont ouvert un nouveau squat jeudi, à Ouistreham, sur la pointe du siège. L'officialisation a eu lieu samedi 22 janvier et ce n'est pas un hasard.

"C'était un clin d'oeil à l'abbé Pierre, disparu le 22 janvier 2007", indique un militant de l'AG de lutte contre toutes les expulsions . Quinze ans plus tard, le combat continue pour aider les personnes sans-abri, mais il a pris une forme différente. 

A chaque fois, les militants de plusieurs collectifs* sont obligés de jouer à cache-cache pour ouvrir des squats et permettre à des personnes démunies de dormir sous un toit.

Ils ont investi dans la nuit de mercredi à jeudi une maison, située au 21 rue Marthe Janvier à Ouistreham. Ils se sont fait livrer des fleurs pour prouver l'installation et 48h après, ils l'ont annoncé officiellement. 

*Collectif Citoyen-ne-s en lutte Ouistreham, l’Union communiste libertaire, AG de lutte contre toutes les expulsions

La gendarmerie est passée samedi après-midi. Nous attendons désormais le passage de l'huissier. Après deux tentatives qui se sont soldées par deux échecs, la 3ème fut la bonne avec un premier squat, qui tient à Ouistreham

Militant AG de lutte contre toutes les expulsions

La maison "est vide depuis deux ans", indique un militant. Auparavant, elle abritait l’association Océan, qui a déménagé depuis. Mais le propriétaire n'est autre que ... la mairie de Ouistreham.

"Cette occupation est une réponse à l'inaction des pouvoirs publics depuis plus de quatre ans sur Ouistreham, afin de permettre un accès à l'eau potable, à des sanitaires et à un toit pour les exilé-e-s qui souhaitent rejoindre l'Angleterre.", explique un militant de l'AG. 


La maison abrite six personnes, en ce moment. Les candidats à l'exil, originaires du Soudan, qui vivent dans un camp derrière le quai Charcot, pourront y venir s'abriter à tour de rôle, avant de tenter leur chances vers l'Angleterre.

C'est le 7ème hébergement ouvert par l’AG de lutte après ceux ouverts à Caen, Fleury-sur-Orne, Mondeville et Colombelles.

L'AG rappelle que vous pouvez apporter votre soutien, en amenant des produits alimentaires et d'hygiène, directement rue janvier. "Il y a quelqu'un sur place pour l'accueil", précise une militante. 

Quelques repères : 

En 2021, le bilan de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord fait état de 30 morts et 4 disparus, dont 27 migrants décédés le 24 novembre lors du naufrage de leur embarcation au large de Calais, le pire drame survenu sur cette voie migratoire.

D'après le ministère de l’intérieur britannique, pus de 28 000 personnes ont tenté de rejoindre les rives de l’Angleterre en 2021, soit trois fois plus que l’année précédente