Ils vont courir sur la piste d'aéroport de Deauville

Samedi, dans le noir, mais éclairés par toutes les lumières de l'aéroport de Deauville-Normandie, 600 courreurs vont s'élancer pour un 10 km insolite. Une première en France.

Par D.F.

Terminal 10. Samedi 26 novembre 2016. 18 H."Ils vont venir comme s'ils allaient prendre l'avion, propres dans tous les sens du terme, passer tous les contrôles, la fouille, le portique de sécurité, et découvrir un décor grandiose." Le Président de l’aéroclub de Deauville, François Melcer, n'est pas peu fier de son coup.

Organiser une course, nocturne, sur le tarmac d'un aéroport, il fallait oser, ne serait-ce que l'imaginer ! "Avec la vigilance renforcée sur le territoire, dans un endroit aussi sensible, ça été très compliqué pour avoir les autorisations."
Certificat médical et papiers d'identité étaient évidemment obligatoires pour s'inscrire. "D'ailleurs, il y a 2-3 anomalies avec des coureurs ; pas sûr qu'ils puissent rentrer..." Une société de protection, validée par la prefecture, assurera la sécurité le jour J.

Des places, il n'y en a plus. Les inscriptions sont closes depuis un mois et demi, avec 600 participants. "On n'avait pas le droit d'en accepter plus. Mais on aurait pû avoir plus de 1000 coureurs, étant donnée la forte demande."

© Terminal 10
© Terminal 10

Après on allume... Ca va être grandiose


"Après on allume..." Samedi, à la nuit tombée, les lumières du tarmac vont servir de repères aux coureurs, qui s'élanceront sans risque de croiser sur la piste un avion qui décolle ou atterrit. "Ca va être magique. Pas besoin de frontale. Les essais faits en janvier nous ont donné ue petite idée, mais avec tout ce monde..."

Ce sera une première en France.
Et si beaucoup d'amateurs ont eu envie de participer, l'organisation se réjouit d'accueillir aussi des têtes d'affiches, avec de nombreux kenyans, mais surtout le 4e français, Christopher Yris, un breton "qui court le 10 km en 29 mn 50". A titre de comparaison, des habitués se situent plus  autour de 45 mn, des moins initiés autour d'une heure... "Pour eux, une grande ligne droite comme ça, avec un seul aller-retour, c'est du jamais vu."
Et puis, il y a le doyen de l'épreuve, un marathonien de 83 ans ! "Notre logiciel d'inscription nous a annoncé un bug avec sa date de naissance, car on avait noté une course ouverte de 18 à 75 ans. Mais apparement le monsieur est en super forme."

Et puis le spectacle ne s'arrêtera pas là. "On va faire une arrivée à la Deauville" (NDLR : à imaginer avec l'accent anglais). Petits fours, champagne ; un petit cocktail dînatoire avec spécialités régionales.




Sur le même sujet

Maxime Mettot, syndicat alliance- normandie

Près de chez vous

Les + Lus