• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Lisieux : des coups de feu tirés près d'une école

Plusieurs coups de feu ont été tirés ce vendredi 10 avril en début d'après-midi à Lisieux depuis une des fenêtres de l'immeuble qui donne sur la cour de l'école Jean Moulin dans le quartier d'Hauteville. / © Erwan de Miniac / France 3 Basse-Normandie
Plusieurs coups de feu ont été tirés ce vendredi 10 avril en début d'après-midi à Lisieux depuis une des fenêtres de l'immeuble qui donne sur la cour de l'école Jean Moulin dans le quartier d'Hauteville. / © Erwan de Miniac / France 3 Basse-Normandie

Un incident a provoqué une vive émotion en début d'après-midi dans le quartier d'Hauteville : des coups de feu ont été tiré près du groupe scolaire Jean Moulin alors que les enfants étaient en récréation. Personne n'a été blessé. La police a procédé à deux interpellations.

Par Pierre-Marie Puaud

"Tout le monde a eu peur" raconte Alexandrat Bassinat, la directrice de cabinet du maire qui s'est rendue sur place. Les élèves étaient dans la cour. Ils profitaient du soleil printanier avant de retourner un classe quand des détonations ont résonné, des claquements. Un jeune homme a été aperçu, un pistolet à la main. "Il tirait en l'air" depuis la fenêtre d'un immeuble proche dit la représentante de la mairie, "en direction de l'école" affirment d'autres sources. Personne n'a été atteint. Mais les enfants ont aussitôt été mis à l'abri et confinés par mesure de précaution.
école Jean Moulin à Lisieux

La police n'a pas tardé à se rendre sur place. Très vite, deux personnes ont été interpellées, deux jeunes hommes dont l'un est encore mineur : ils ont été placés en garde-à-vue. L'arme a été retrouvée. Il s'agit d'un pistolet à plombs, "comme à la foire précise le commandant Garcia de commissariat de police de Lisieux. Un peu plus tard, l'occupante du logement d'où provenaient les tirs a également été interpellée et placée en garde-à-vue. Pendant ce temps-là, les parents d'élèves ont été invités à venir chercher leurs enfants dont certains sont choqués. "Nous allons voir s'il faut mettre en place une cellule d'assistance psychologique à la rentrée" ajoute Alexandra Bassinat. 

Sur le même sujet

Eté 2019 dangereux à Acquigny (Eure)

Les + Lus