Trouville vend les chevaux de son service hippomobile aux enchères

Capture d'écran du site internet Webencheres.com sur lequel la Ville de Trouville a mis les deux chevaux de son service hippomobile en vente / © Webenchère
Capture d'écran du site internet Webencheres.com sur lequel la Ville de Trouville a mis les deux chevaux de son service hippomobile en vente / © Webenchère

Devant le refus de la communauté de communes de conserver ce dispositif, la municipalité de Trouville a dû abandonner son service hippomobile de collecte des déchets. Les deux chevaux, désormais au chômage, sont mis aux enchères su internet.

Par Christophe Meunier

"La Mairie de TROUVILLE-SUR-MER étudiera les conditions d'accueil de l'animal et se réserve le droit de refuser la vente si celles ne s'avéraient pas satisfaisantes", stipule l'annonce publiée sur internet. La commune du Pays d'Auge a mis en vente aux enchères la semaine dernière deux chevaux, un Cob normand (Lasso du jardin) et un Percheron (Rio Grande). Mise à prix pour ces deux animaux: 9000 euros, équipement compris.

La municipalité n'entend pas vendre ses "anciens employés" n'importe comment. "On ne donne pas nos chevaux à des gens incompétents ou qui voudraient utiliser les chevaux dans de mauvais conditions", explique, à nos confrères de France Bleu, Stanislas Januskiewicz, responsable des achats et des ventes à la mairie de Trouville sur Mer. De même, il a été décidé de levendre ensemble pour ne pas les séparer.

Deauville aime le cheval mais plutôt les chevaux de course que les chevaux de labour


Car c'est un peu à contre-coeur que Trouville se sépare de ces animaux. La ville a dû abandonner le 1er janvier dernier son service hippomobile de collecte des déchets recyclables. Car depuis le début de l'année, cette compétence incombe désromais à la communauté de communes. Or, les 10 communes "partenaires" de Trouville ne souhaitaient pas conserver ce dispositif. "Deauville aime le cheval mais plutôt les chevaux de course que les chevaux de labour tirant des charettes pour ramasser des bouteilles", expliquait le maire de Trouville à l'une de nos équipes en novembre dernier.

Malgré la mobilisation des défenseurs du service hippomobile, notamment à travers une pétition, les communes "partenaires" n'ont pas changé d'avis, condamnant de fait Lasso du jardin et Rio Grande à une retraite forcée. Les deux anciens employés seront fixés sur leur sort le 3 février prochain, date de la clôture des enchères.

A lire aussi

Sur le même sujet

Jazz Orne Danse

Les + Lus