• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Ces collections normandes qui font du bien

© France 3 Normandie / Média TV
© France 3 Normandie / Média TV

Retrouver son univers d'enfance ou succomber sans raison à une passion, cela peut arriver à tout le monde et faire du bien. Et si en plus on arrive à partager ce bonheur avec le plus grand nombre... Tout en se baladant, Vincent Chatelain nous présente 3 collectionneurs normands.

Par CG

Qui n'a jamais gardé, conservé, accumulé à un moment ou un autre de sa vie ? On commence par garder un ou deux souvenirs, un bibelot, une babiole et par on ne sait quel attachement, on en ajoute un autre qui y ressemble. Et puis, un jour, c'est l'engrenage, tout s'emballe. L'accumulation se fait alors par accoups ou au contraire, très paisiblement, voire même insidieusement... La collection égaye souvent la vie au quotidien, il arrive qu'elle la transforme et la structure ou parfois malheureusement elle se révèle dévastatrice.

Mais généralement, elle fait plus de bien que de mal au collectionneur et à son entourage. C'est le cas pour trois Normands qui ont poussé très loin leur passion pour l'objet de leur collection. Celle-ci s'appelle Corinne Mallet-Hoye, elle est botaniste et possède la plus grande collection d'hortensias au monde, celui-ci, Dominique Annet, est un as du vélo, il collectionne les objets du Tour de france et ces deux-là Jean et Lucienne Erisay ont créé un musée consacré à la seconde guerre mondiale, l'univers de leur enfance.

Nous les retrouvons en la compagnie de Vincent Chatelain pour un nouveau numéro de notre collection de portraits d'Histoire de se balader.

 

La collection de collectionneurs normands d'Histoire de se balader

Histoire de se balader, les collectionneurs normands - janvier 2019
Vincent Chatelain collectionne les portrait de collectionneurs pour Histoire de se balader ;) Ils sont tous Normands : Corinne Mallet-Hoye, Dominique Annet, Jean Erisay et leurs conjoints, nous présentent leur passion pour la botanique, le Tour de France et la seconde guerre mondiale.  - France 3 Normandie / Média TV
 
 
 

C'est comme quand on tombe amoureux, on sait pas pourquoi. C'était mon destin. Corinne Mallet-Hoye


C'est au parc de Shamrock à Varengeville sur Mer, près de Dieppe, que Corinne Mallet-Hoye a niché l'objet de sa passion, l'hydrangea, que l'on appelle communément hortensia.
La collection de Corinne est reconnue dans le monde entier. Elle s’étale sur deux hectares et comprend 2000 plantes dont 1200 variétés différentes issues de la nature.
Le parc, initié en 1984, est le résultat de 35 années de recherche et de passion. Certaines plantes de cette collection sont uniques dans le monde occidental et proviennent le plus souvent du Japon, berceau d’un grand nombre d’espèces d’Hydrangea où Corinne s'est rendue plusieurs fois, avec pour guide Maître Yamamoto, le célèbre spécialiste japonnais des hydrangeas.

Corinne n'explique cette passion pour les hortensias et reconnaît qu'il y a quelque chose de pathologique, obsessionnel. Une obsession certes, mais qui lui a donné un chemin de vie, et surtout plein d'amis.

Si vous vous rendez sur place, vous parcourerez deux zones. La première en forme de labyrinthe où chaque plate-bande est consacrée à un obtenteur, par pays ou région du monde. Cette disposition permet une compréhension aisée du monde des Hydrangeas, et fait de la Collection Shamrock un "musée vivant" de ce genre. La deuxième zone est boisée: le Bois du Dragon où sont cultivées des espèces des sous-bois asiatiques. Peut-être vous aussi serez-vous pris par le Flower power ?
 

 

C'est une passion, quand on aime : on ne compte pas. Dominique Annet


Faisons maintenant étape, toujours en Seine-Maritime, mais à l'autre bout du département, dans le Pays de Bray. Et passons de deux hectares à soixante mètres carrés, il n'en faut pas plus pour découvrir la collection de Dominique et Catherine Annet. Le Tour de France est leur passion, plus précisément les objets miniatures du Tour de France.

Leur collection permet de retracer une partie de l’Histoire du Tour de France à travers des milliers de pièces : voitures de presse, engins spéciaux conçus pour la publicité, les voitures des équipes, des figurines, des jouets. Dominique est un ancien directeur dans le domaine de la propreté et son épouse, Catherine, est une ancienne contrôleuse de gestion. Ils se lancent ensemble dans l’aventure en 1993. Catherine Annet monte alors une première petite voiture publicitaire “le tonneau des Rougerons”. Puis les deux époux créent leur propre société de fabrication de voitures publicitaires avant d’exposer leurs pièces dans des bourses d’échanges dans lesquelles ils peuvent acquérir de nouvelles pièces d’autres exposants. 

Dominique Annet a vu passer son premier Tour de France au bord de la route en 1955, il avait 8 ans. Il habitait à la campagne et était subjugué par la caravane du Tour de France et les gadgets distribués au public. Il le reconnaît aisément : sa collection, "C'est une part d'enfance. D'ailleurs mes premières collections c'étaient les petites voitures miniatures.". Quant à l'aspect mercantile de la collection, il ne se laisse pas abuser : "Lorsqu'il y a une belle pièce, je suis comme tout le monde, ça me fait plaisir de l'avoir. Mais non, je ne suis pas accro" confie-t-il à Vincent. 



 
 

J'avais pas d'idée (de collection, ndlr). J'avais huit ans en 1940, j'ai vécu tout ça, et puis c'est resté et puis je ramassais et puis je gardais ça chez moi. Jean Erisay


Jean et Lucienne Erisay sont pour ainsi dire nés dans leur collection. "J'avais pas d'idée [nldr : de faire une collection]. J'avais huit ans en 1940, j'ai vécu tout ça, je ramassais et puis je gardais ça chez moi" Plus tard, il devient électricien et c’est en allant chez des clients qu’il s’aperçoit qu’il y a encore plein d’objets  de 2GM dans les greniers. Il en récupère pour certains, des clients lui en donnent aussi. "En 54, les gens se débarrassaient" précise Jean.
Il prend gout à la collection et entasse les objets. Aujourd'hui, chenillette Renault UE, Goliath, V1 - pièces uniques parmi les musées privés - cotoient les photos, uniformes et affiches de l'époque. 
Son épouse se pique au jeu au moment de passer son doigt dans l'alliance que Jean lui présente. Ils vont partager leur vie et leur passion commune. Ils ouvrent ensemble un musée à Tosny, dans l'Eure au milieu des années 1990. 
Si vous avez la chance de le visiter en leur présence, par passion, Jean redonnera vie à chaque objet, grâce à ses souvenirs d'enfance. Vous le verrez peut-être même chevaucher le side car, preuve que vous êtes bien au sein d'une collection et pas d'un musée poussiéreux. Sa moto : le dernier objet dont il accepterait de se séparer s'il fallait disperser la collection... 

 

Collection de chiffres 

Pour enrichir leur collection, les collectionneurs chinent beaucoup de fréquentent les foires aux greniers, les brocantes, les antiquaires. Ils surfent aussi sur la toile et se posent volontiers sur Facebook, e Bay, le Bon coin ou d'autres sites Internet spécialisés dans les collections. Parmi eux Delcampe.net est un site international de rencontre de collectionneurs qui revendique plus d'un million de membres.
En 2012 son fondateur décrivait le monde des collections comme largement dominé par les passionnés de cartes postales et de timbres. 
 
Le monde des collections largement dominé par les cartes postales et les timbres (Collectiana.org, 2012) / © Delcampe.net / Collectiana.org
Le monde des collections largement dominé par les cartes postales et les timbres (Collectiana.org, 2012) / © Delcampe.net / Collectiana.org

Les collectionneurs étaient principalement situés dans la tranche d'âge 45-70 ans et très majoritairement masculins (76% d'hommes) avec cependant des variations énormes suivant la nature de la collection : pour les parfums, on observait majoritairement des femmes (74%) tandis que dans la catégorie "militaire" il s'agissait presque exclusivement d'hommes (95%)

 
© collectiana.org
© collectiana.org

 

Sur le même sujet

Johnny Clegg en concert pour les 10 ans du Mémorial de Caen

Les + Lus