Covid-19 : la circulation du virus s'intensifie en Normandie

Publié le Mis à jour le
Écrit par Richard Plumet

Au 20 juillet 2021, l'Agence régionale de santé de Normandie constate une hausse du taux d'incidence qui dépasse le seuil d'alerte.

Les chiffres des données épidémiologiques de la mi-juillet concernant la Normandie faisaient état d'une circulation très active du virus, notamment dans le département du Calvados. La tendance se confirme et s'amplifie avec le dernier point de situation en date du 20 juillet 2011.

L'ARS-Normandie indique en effet que l’incidence régionale continue d’augmenter pour dépasser le seuil d’alerte avec 64,1 cas pour 100 000 habitants (mais au-dessous du taux d’incidence national : 83,99).
Une hausse qui est enregistrée  dans les cinq départements normands et particulièrement le Calvados et la Seine-Maritime qui sont au-dessus du seuil d’alerte.

Hausse importante dans le Calvados

La  progression est particulièrement importante dans le Calvados avec une hausse 132,2 % en une semaine, pour atteindre une incidence de 123,2 !

Bien que toujours au-dessous du seuil de 50, l’Eure, la Manche et l’Orne présentent un taux supérieur à 40. L’Orne et la Manche évoluent fortement en une semaine, avec + 356 % dans l’Orne et +180% dans la Manche.

  • Normandie : + 109,3 % (taux d’incidence SPF du 11/07 au 17/07 : 64,1)
  • Calvados : + 132,2 % (taux d’incidence SPF du 11/07 au 17/07 : 123,2)
  • Eure : + 50 % (taux d’incidence SPF du 11/07 au 17/07 : 40,5)
  • Manche : + 180 % (taux d’incidence SPF du 11/07 au 17/07 : 42,8)
  • Orne : + 356 % (taux d’incidence SPF du 11/07 au 17/07 : 41,2)
  • Seine-Maritime : + 82,5 % (taux d’incidence SPF du 11/07 au 17/07 : 56,2)

Un variant très présent

La hausse du taux d’incidence constatée en une semaine s’explique en partie, indique l'ARS-Normandie, par la forte croissance de la mutation L452R (portée notamment par le variant Delta).  Le Delta est en effet identifié dans 87,7 % des tests criblés.  

Deux fois plus de cas en une semaine

En Normandie, le nombre de nouveaux cas a doublé  en une semaine : entre le 11 et le 17 juillet, 72.217 personnes ont été testées dont 2.118 ont présenté un résultat positif.

 L'ARS-Normandie recommande donc de se faire dépister car "le dépistage reste l’une des meilleures armes pour lutter contre la propagation du virus. Il est essentiel, y compris pour les personnes asymptomatiques, pour casser le plus rapidement possible les chaînes de contamination, en permettant le repérage précoce des cas Covid+ et leur mise à l’abri, et en limitant les risques de transmission."

► Se faire dépister
Retrouvez la liste des lieux où vous pouvez vous faire tester en Normandie dans cette page du site ARS-Normandie

► Se faire vacciner
Retrouvez la liste des centres de vaccination ouverts dans les cinq départements normands sur cette page dédiée du site ARS-Normandie

Vaccins

La campagne de vaccination se poursuit en Normandie avec  238.541 injections réalisées la semaine dernière. La Normandie atteint son plus haut niveau d’injections depuis le lancement de la campagne.
A la date du 11 juilet, 57 % des Normands ont reçu au moins une dose (France : 53,1%) et 42,2% Normands sont complètement vaccinés (France : 40,7%). La Normandie se positionne ainsi parmi les trois premières régions en ce qui concerne la primo-injections et en seconde position pour la vaccination complète.

Selon l''ARS-Normandie, "la vaccination est actuellement le moyen le plus sûr d’éviter une infection à la Covid-19, notamment dans ses formes graves. Face à la variante Delta très contagieuse, la vaccination est en effet très efficace : les données nous prouvent que le niveau d’efficacité de la vaccination contre ce variant est tout à fait comparable au niveau d’efficacité contre la souche initiale. Ainsi, un schéma de vaccination complet est efficace à plus de 90% pour prévenir les hospitalisations dues à une infection par ce variant."

Gestes barrières même pour les personnes vaccinées

L'ARS rappelle que dans ce contexte de circulation virale importante il faut rester prudent et respecter les  gestes barrières, même lorsqu'on est déjà vacciné : port du masque, lavage des mains, limitation des interactions sociales.