[D-Day] Vu du ciel : après le Débarquement, la Bataille de Normandie

Publié le Mis à jour le
Écrit par CM

Le Débarquement n'est que le premier volet d'un plan plus vaste batpisé Overlord. Au soir du 6 juin, la Bataille de Normandie a commencé et va durer plusieurs semaines. La rédaction de France 3 Normandie vous en retrace, vu du ciel, les grandes étapes à l'occasion du 75 anniversaire du D-Day.

Au soir du 6 juin, c'est un long combat qui commence pour libérer la Normandie. Il faudra près de trois mois aux Alliés pour repousser l'armée allemande du territoire normand, près de trois mois marqués par d'intenses affrontements et de nombreuse victimes, tant militaires que civiles. A l'occasion du 75e anniversaire du D-Day, la rédaction de France 3 Normandie vous relate, vu du ciel, les grandes étapes de la Bataille de Normandie.


Une série réalisée par Jean-Baptiste Pattier, Benjamin Loriou, Cyril Renaudin, Olivier Perola, Pierre Léonard, Stéphanie Pierson et Joffrey Ledoyen
 

Caen : objectif majeur des Alliés

Quand la 3e division d'infanterie britannique débarque sur Sword beach, alle a trois objetcifs sur sa feuille de route :  opérer la jonction avec les Canadiens à Juno Beach à l’ouest, rejoindre les paras de la 6th Airborne déployés durant la nuit à l’est et s’emparer de Caen. Au soir du 6 juin, ces objectifs sont tous loin d'être remplis. La libération de la capitale du Calvados prendra plus d'un mois et mobilisera pas moins de 115 000 hommes et 500 chars.

 

[D-Day] Vu du ciel : la Bataille de Caen


 

La longue Libération de Rouen

Les premières bombes s'abattent sur la capitale de Seine-Maritime bien avant que les Alliés n'aient posé le prix sur le sable normand. Dans la nuit du 19 avril 44, un premier largage est effectué par erreur sur le centre-ville (c'est la gare de triage de Sotteville-lés-Rouen qui devait être visé). Le bilan est terrible : 814 civils rouennais sont tués et 20.000 civils sont sans abris. Et ce bilan s'allourdit lors de la "semaine rouge" qui précède le D-Day. Des bombardements intensifs font 500 victimes de plus parmi les civils. Les dernières bombes tombent sur la ville à la fin du mois d'août, lorsque l'armée allemande évacue la poche de Falaise-Chambois pour fuir vers le nord. Le 30 août, des unités canadiennes pénètrent dans la ville: Rouen est enfin libérée.
 
[D-Day] Vu du ciel : la longue Libération de Rouen


 

Opération Cobra : Oncle Sam force le passage vers la Bretagne

Après le nord et le centre du Cotentin, les Américains décident de percer le front et d’ouvrir la voie vers la Bretagne : c’est l’Opération Cobra. Au cœur de l’été, le 24 juillet 1944 l’offensive est lancée à l’ouest de Saint-Lô. Une pluie de bombes s'abat alors sur la région, entraînant de nombreux morts dans les deux camps. L'armée allemande est rapidement contrainte de reculer vers le sud et se retrouve bientôt prise au piège dans la poche de Roncey, un piège dont elle ne parviendra pas à s'échapper. Le 1er août, les Américains franchissent la Sélune et débarquent en Bretagne.

 

[D-Day] Vu du ciel : l'Opération Cobra


 

La poche de Falaise-Chambois, un « Stalingrad en Normandie » ?

Elle est considérée comme la dernière opération majeure de la bataille de Normandie, celle qui en a scellé le sort, ainsi que celui de l'armée allemande dans la région. Celle-ci se retrouve mi-août prise en tenaille par différentes forces alliées dans un secteur délimité par les quatre villes normandes de Trun, Argentan, Vimoutiers et Chambois. Certains y ont vu un "Stalingrad en Normandie". Mais à l'issue des intenses combats, qui ont lieu du 18 au 22 août, près de 45 000 soldats allemands parviennent à s'extirper de ce piège et prendre la fuite, certes au prix de nombreuses pertes, plusieurs milliers de morts et de prisonniers. Pour les alliés, également durement touchés (notamment dans les rangs polonais) cette victoire est un demi-succès.  
 
[D-Day] Vu du ciel : la poche de Falaise-Chambois
 

Le Havre : la dernière ville normande libérée

Le 13 septembre 1944, dans les colonnes du journal "Le Havre Matin", les lecteurs découvrent cette phrase devenue tristement célèbre : "Nous vous attendions dans la joie, nous vous accueillons dans le deuil". La veille, la cité portuaire a enfin été libérée mais au prix de nombreuses victimes civiles. Les premières bombes s'abattent sur la dernière ville normande encore occupée le 5 septembre. Durant les six jours suivants, le Havre sera massivement pilloné par voie maritime, terrestre et aérienne, avant le lancement d'une offesive terrestre, l'opération Astonia, qui transpercera, en moins de 48 heures, les positions ennemies.
 
[D-Day] Vu du ciel : Le Havre, la dernière ville normande libérée