Documentaires

Le lundi à 23h05, deux documentaires de 52 minutes racontent la vie des régions de France 3.
Logo de l'émission Documentaires

Armand Frémont : portrait croisé de l'homme et de la ville du Havre

© Scotto Productions
© Scotto Productions

"Moi, Armand Frémont, enfant du Havre" est un documentaire qui retrace la vie du géographe havrais.
Inspiré de son autobiographie « La Mémoire d’un port, Le Havre » (Arléa, 1997), ce film nous fait découvrir sa vie et à travers elle l'évolution du Havre.
Diffusion : lundi 27 janvier à 23h.

Par Melinda Lellouche

Le géographe français Armand Frémont, auteur prolifique, vient de mourir à quatre-vingts six ans. Né au Havre en 1933 dans un milieu modeste et populaire, il fut le premier de sa famille à suivre des études secondaires et supérieures. Dans les années 60 il devient professeur de géographie à la faculté de Caen, par la suite recteur des académies de Grenoble et de Versailles, et enfin Président du comité scientifique de la DATAR. « La géographie est une science, elle est aussi sensible », écrivait-il. Il est surtout connu pour être à l'origine du concept d'« espace vécu » en géographie, dans son ouvrage de 1976, "La région, espace vécu". Cela a fait de lui un des moteurs de la géographie des perceptions et des représentations. 

Le documentaire s’ouvre sur les années d’expansion de la Belle Époque pour se clore à l’horizon de « Port-2000 », la dernière mue du port au temps du conteneur-roi.
© Scotto Productions
© Scotto Productions
Cent ans, cinq générations : de son arrière-grand-mère venue, enceinte, d’Alsace dans le but d’émigrer au Nouveau Monde, et qui est refoulée par les autorités… à son père orphelin, adolescent dans la jungle du port, marin sur des cargos et enfin barman sur les paquebots transatlantiques… Ses grands-parents maternels et leur petite entreprise de peinture - papiers peints servent de toile de fond à l’évocation de l’univers du quartier et de la ville entre les deux guerres. Quant au narrateur, quelques semaines seulement après les destructions de septembre 1944, à onze ans il doit enjamber les décombres quatre fois par jour pour atteindre l’unique lycée du Havre. Plus tard, à la fin des années 70, le fils aîné d’Armand et Monique Frémont, suivant son diplôme de l’École de la Marine Marchande du Havre, entamera une carrière d’officier précisément au moment où la mondialisation du marché de la main d’œuvre maritime condamne des milliers de marins et d’officiers français au chômage.
À l’aube du XXIeme siècle, l’aîné des petits-fils d’Armand Frémont tombe amoureux d’une jeune américaine et accomplit, cent ans plus tard, le destin américain de la famille ...  
Ainsi, comme dans Les Années, d’Annie Ernaux, ou dans Les Bourgeois d’Alice Ferney, le récit du documentaire constitue une grande fresque s’étalant sur plusieurs générations, où l’histoire du 20ème siècle et la réalité d’une famille se confondent.

Un film qui redonne vie au passé havrais grâce aux marionnettes : 

Pour donner corps à la famille d'Armand Frémont : deux écueils -- le coût à la fois des comédiens en costume, de la construction des décors … et la platitude, à mes yeux, du genre « docu-fiction » -- m’ont rapidement fait renoncer au projet de reconstituer ces passages en recourant à des acteurs. La proposition de ma compagne, le sculpteur Françoise Jolivet, de faire revivre ces personnages à travers des marionnettes évoluant dans des décors du Havre populaire disparu m’a permis de sortir brillamment de l’impasse ! Il a fallu quinze mois à Françoise pour imaginer et fabriquer la vingtaine de personnages à divers âges de l’histoire, le grand décor de la place et quelques intérieurs.

Roy Lexus, réalisateur. 
Documentaire : Armand Fremont, marionnettes

Une voix que l'on connait tous : 

Par ma culture cinématographique, par mon amour de la langue française -- ma langue d’adoption -- par mes propres films, je suis un adepte de la voix off au cinéma. Employée avec art, mettant en scène un texte fort, la voix off représente à mes yeux tout sauf un certain passé du cinéma et même un aspect de sa modernité. (cf. les films de Jean-Pierre Jeunet).
J’en ai confié la narration à Michel Vuillermoz, merveilleux comédien à la voix chaleureuse, ni trop populaire ni trop savante.
Ce narrateur est présent de temps à autre à l’écran, dans les décors de l’histoire.
Si ses apparitions sont épisodiques, il est omniprésent par la voix. C’est un rôle sur mesure pour ce comédien très aimé du public.

Roy Lekus, réalisateur.
Extrait doc Armand Frémont
 
Moi Armand Frémont, enfant du Havre

Réalisation : Roy Lekus
Production : Scotto Productions
Coproduction : France Télévisions

Lundi 27 janvier 2020 vers 23h dans "La France en vrai" sur France 3 Normandie

A lire aussi