Ethan et Adam Rogy, graines de champions du trot attelé à poney

Adam Rogy et son poney Waterland Amor prendront part aux championnats de France de trot attelé à Vincennes, mi-décembre. / © Boris Letondeur - France 3 Normandie
Adam Rogy et son poney Waterland Amor prendront part aux championnats de France de trot attelé à Vincennes, mi-décembre. / © Boris Letondeur - France 3 Normandie

Une fratrie de cracks du trot attelé à poney près de Livarot. Ethan, 12 ans, et son petit frère Adam, 8 ans, sont tombés sur un sulky étant petits, et depuis, ils ne lâcheraient la bride pour rien au monde. Rencontre avec ses deux as du cheval, leur maman Alexa, et leur "grande soeur" Elsa.

Par Boris Letondeur

La passion n'a pas d'âge, le talent non plus. Ethan et Adam, à peine 20 ans à eux-deux, collectionnent les tours de pistes, et les médailles sur les hippodromes de la partie nord du pays. Leurs poneys, ils aiment les monter, mais préfèrent les atteler, car leur dada, c'est "la vitesse". Assis sur le sulky, "on a plus de sensations", décrit Ethan qui pratique aussi le CSO. "Dans les concours de sauts d'obstacles, on a les sensations seulement quand on saute. Au trot attelé, c'est tout le temps. Il y a plus d'adrénaline !" s'extasie le jeune crack des hippodromes. 

Cette saison, il rafle quasiment tout, comptabilisant 13 victoires en 19 courses. Modeste, il reconnait qu'il doit aussi ce palmarès à son nouveau poney, Turbo, qu'il détient depuis le début de l'année. "Turbo, il est beau, gentil, c'est un athlète qui va super vite, dépeint Ethan. Il n'est pas du tout fautif, mais il est malin. Parfois, il essaie de me faire des ruses, mais je le connais par coeur, alors il n'y arrive pas". La complicité entre le jeune garçon et la bête est évidente. Pas surprenant qu'elle engendre des étincelles sur les hippodromes de la région, mais aussi du Nord et d'Île de France. "Le poney est bon, mais Ethan est très doué", précise Alexa, sa maman. 
 
Ethan Rogy et son poney Turbo lors d'une course de trot attelé. / © Alexa Chantris
Ethan Rogy et son poney Turbo lors d'une course de trot attelé. / © Alexa Chantris

VIP à Vincennes

Les deux jeunes garçon ont été influencés par leur grand-frère Loris, premier de la famille à se lancer dans le trot attelé il y a une dizaine d'année. S'il a aujourd'hui arrêté la pratique, il a tout de même transmis la passion à ses petits-frères, qui bichonnent leurs poneys dès qu'ils le peuvent et s'exercent plusieurs fois par semaine. "On les entraine surtout une semaine avant les courses, en faisant 5 ou 6 tours de piste. Mon poney Waterland Amor fait des courses sur 400 à 500 m. Pour Turbo, celui de mon frère, c'est de 1400 à 1500 m", explique Adam, le benjamin de la fratrie. A 8 ans, il a déjà participé au championnat de France à Vincennes, l'an dernier, et y retournera le 15 décembre prochain.
 


Tout comme son grand frère Ethan, qui en sera à sa sixième participation. Lors de sa première au rendez-vous national, il n'avait que 6 ans. "Ma meilleure place, c'est troisième". Cette année, avec Turbo, il pense qu'il peut gagner même s'il fera face à de bons concurents. "Il faudra être bon stratégiquement et ne pas rater le départ. Turbo a plus de sprint que tout le monde".

Une passion familiale 

S'imposer au poteau cette année n'est pas une fin en soi pour le jeune augeron, qui se rêve jockey-driver professionnel, comme le Caennais Yohann Lebourgeois, son idole. "Je le rencontre souvent en course et il me dit bonjour", s'extasie Ethan. Autour des hippodromes, les jeunes pépites du trot attelé côtoient les plus grands de la discipline. "Un jour, à Cabourg, Franck Nivard m'avait dit qu'il voulait prendre mon poney". L'an dernier, les petits champions étaient conviés au Prix d'Amérique. Ethan a défilé avec Jean-Michel Bazire, par la suite vainqueur de la prestigieuse course avec Belina Josselyn. Adam, lui, a défilé avec Yohann Lebourgeois

Leur maman, Alexa Chantris, est fière de ses jeunes prodiges. Comme eux, elle est tombée dans le monde équin étant petite. Longtemps, elle montait ses chevaux mais les séquelles d'une blessure au genou l'en empêchent désormais. Le trot attelé s'est révélé être la solution pour retrouver le plaisir de la compétition et partager sa passion avec ses enfants. Un hobby chronophage et coûteux. "On ne part pas en vacances, on ne part pas en weekend, on ne fait pas d'extras, on fait des courses de poneys. C'est un investissement, ça coûte très cher. Entre le matériel, le sulky, les harnais, on investit au fûr et à mesure, quand je gagne une course"

Un entourage bienveillant


Pas d'argent pour récompenser les victoires des enfants, mais des coupes, des lots, des bonbons pour eux et pour les poneys, des bons d'achat, et pour tous, le plaisir de partager en famille. Tous trois profitent du savoir-faire de l'écurie Alexandre Lebourgois, et des conseils de l'entraineur du même nom. "Depuis le plus jeunes âge, on les suit. Ca grandit vite, ils se prennent au jeu. L'important est de s'appliquer, écouter les consignes et se faire plaisir".  

Les deux jeunes garçon peuvent aussi compter sur la bienveillance d'Elsa Paugam, leur "grande soeur". A 17 ans, elle suit une formation sur les métiers du cheval à la MFR de Vimoutiers et se trouve en stage d'alternance à l'Ecurie Alexandre Lebourgois. "C'est ma deuxième maison, je passe plus de temps ici que chez moi", explique Elsa, qui montait déjà à cheval lorsqu'elle avait 4 ans. Depuis qu'elle a débuté sa formation, elle "déboure tous les poulains, attèle et monte tous les jours". Son objectif est de faire "les courses avec les grands, pour le plaisir voire plus", espère celle qui partage depuis quelques mois le quotidien de Chocolate Boy, un beau poney brun avec une tâche blanche sur le flanc. 
 
Ethan et son poney Turbo aux cotés d'Elsa et de son petit-frère Adam monté sur Waterboy Amor, et d'Alexa Chantris, la maman des garçons. / © Boris Letondeur - France 3 Normandie
Ethan et son poney Turbo aux cotés d'Elsa et de son petit-frère Adam monté sur Waterboy Amor, et d'Alexa Chantris, la maman des garçons. / © Boris Letondeur - France 3 Normandie


Bien entourés et pétris de talent, Ethan et Adam, les frères Rogy, ont toutes les clés pour devenir les futurs cracks du trot attelé en France. Peut-être un jour les verra-t-on le poing levé, le sourire emboué, victorieux des courses les plus prestigieuses, dans les plus grands hippodromes du pays. C'est en tout cas le rêve de leurs vies. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus