• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

L'éthylotest antidémarrage : une bonne affaire pour les installateurs agréés

© France 3 Normandie
© France 3 Normandie

Depuis le 12 mars, l’installation des éthylotests antidémarrages est autorisée sur la totalité du territoire pour des conducteurs contrôlés avec un taux d'alcoolémie compris entre 0,8 g/l et 1,4 g/l, et qui perdraient leur permis sans ce dispositif. 

Par CB

C'est une nouveauté qui permet à des conducteurs alcoolisés de ne pas perdre leur permis et par ricochet leur emploi. Depuis le 12 mars, les préfets peuvent autoriser, sur la totalité du territoire, l’installation d’un éthylotest antidémarrage (EAD) dans les véhicules de conducteurs non récidivistes et contrôlés au volant avec un taux d'alcool dans le sang entre 0,8 g/l et 1,4 g/l. Une infraction qui était auparavant synonyme de perte automatique du permis de conduire. 

Désormais le fautif a le choix : perdre son permis où mettre la main à la poche pour faire installer un éthylotest antidémarrage sur son véhicule. Coût de l'opération : environ 400 euros pour le montage de l'appareil, plus une centaine d'euros par mois de location. "Cela a quand même un coût. Je peux me le permettre cette fois-ci, mais je ne me le permettrais pas à chaque fois que je me fais attraper. Et puis ça reste un délit. Je reste un délinquant aux yeux de la police", témoigne un conducteur contrôlé en état d'ivresse.

Installateur normand agréé par l'Etat, Gaëtan Tudal a déjà installé onze EAD depuis le changement législatif. Il lui faut une heure pour procéder au montage de l'appareil sur un véhicule. Une bonne affaire économique pour lui. 

 

L'Éthylotest antidémarrage : un nouveau business

Sur le même sujet

L'origine des oeufs de Pâques - avril 2019

Les + Lus