A Saint Aubin-lès-Elbeuf, le précurseur Mondial Auto se dirige vers le recyclage de véhicules électriques

Publié le
Écrit par S.L. avec Myriam Libert

En Normandie, la société euroise Mondial Auto a été choisie et agréée par la Région pour être le centre de recyclage référent des voitures électriques.

2600 véhicules hors d’usage traités chaque année. Depuis 1992, des milliers de voitures sont désossées et recyclées par Mondial Auto à Saint Aubin-lès-Elbeuf. La « casse » fait référence en matière de recyclage et est en train de s’agrandir pour accueillir plus de véhicules électriques.

Car les voitures électriques sont appelées à remplacer petit à petit les véhicules à moteur thermique, jugés plus polluants. D'ici à 2030 les constructeurs devront même produire deux millions de voitures électriques ou hybrides.

« Nous souhaitons être un site pilote, en terme de formation et de savoir-faire »

Francis Rivas, directeur de Mondial Auto

Mondial Auto a déjà triplé sa surface d’exploitation et s’apprête à mettre en service sa première chaîne de déconstruction de voitures électriques dans six mois. Même s’il y en a peu actuellement, le rythme s’accélère. « Les opérateurs auront une formation pointue. Nous souhaitons être un site pilote, en terme de formation et de savoir-faire », s’enthousiasme Francis Rivas, directeur de Mondial Auto.

Traiter de nouveaux véhicules induit de nouveaux protocoles surtout concernant les batteries. « Le recyclage de la batterie est bien différent. Il y a des précautions à prendre en terme de sécurité et il va falloir les collecter dans les meilleures conditions possibles. Nous allons travailler dans un autre process de démontage tout en conservant l’expérience que nous avons sur les véhicules thermiques », développe le dircteur du site.

92% des véhicules actuellement recyclés

Actuellement, 99% des véhicules sont des modèles de moteurs thermiques. La société collecte les véhicules grâce à des contrats négociés avec des compagnies d’assurances, principalement en Seine-Maritime et dans l'Eure.

Une partie peut être ensuite réparée chez des carrossiers, et l’autre est détruite et recyclée sur place… presque entièrement. « On est sur 92% du véhicule à recycler. On est dans toutes les phases : mise en sécurisation, dépollution… L’objectif est de récupérer un maximum de pièces sur ces véhicules », explique Francis Rivas. Le reste est mis au broyage pour devenir du fer à béton pour l’industrie du bâtiment.

La société propose un service de pièces détachées avec un label et une traçabilité pour les professionnels et les particuliers.

Soutenu par la région, le centre de Saint-Aubin est appelé à devenir le centre de référence normand en matière de recyclage de ce type de véhicules. Avec un chiffre d’affaires en expansion, l’entreprise prévoit de doubler ses effectifs.