• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

A Bernière sur Seine, la carrière Lafarge paralysée par une grève

© France 3 Normandie
© France 3 Normandie

Dans l'Eure, une carrière de sable et de granulats est complètement à l'arrêt depuis bientôt une semaine. A Bernière sur Seine, les salariés du groupe Lafarge Holcim bloquent toujours le site. Ils demandent de meilleures conditions de travail et des augmentations salariales.

Par Catherine Lecompte

À Bernières-sur-Seine, dans l’Eure, les grévistes des carrières Lafarge maintiennent la pression. Revalorisation des salaires, primes, embauches de personnels, les salariés du site restent mobilisés depuis 7 jours.

Leur mouvement a débuté ce mardi 5 février 2019 avec 90 % des salariés qui se sont mis en grève à l’appel du syndicat CGT Granulats France.

Pour l’ensemble des salariés au niveau national, ils réclament une revalorisation salariale avec un revenu minimum de 1900 € bruts à l’embauche ainsi qu’une égalité de traitement pour l’ensemble des salariés.

Ils réclament aussi l'ouverture d’ici à la fin mars des négociations avec pour objectif principal la mise en place d’un accord d’entreprise sur une prime d’ancienneté pour l’ensemble des salariés du groupe Lafarge Holcim Granulats France.
Une première réunion de négociation avec la direction s’est déroulée jeudi 7 février 2019. Mais les salariés en sont ressortis insatisfaits, car ils n’ont obtenu aucune réelle avancée sur leurs demandes.

Du coup, ce vendredi 8 février 2019, ils ont fait part à leur direction de nouvelles revendications plus locales, soutenues par les quelques 50 salariés grévistes recensés sur le secteur de la Vallée de Seine.

 
© France 3 Normandie
© France 3 Normandie

Des exigences plus localisées, site par site 

Les grévistes demandent une prime de permanence de 100 € par mois indexée sur le taux horaire.

Cependant, lors de la précédente réunion, la direction avait de son côté proposé une prime tous les trois mois ou tous les six mois.

Au vu des résultats du groupe, leader mondial dans le secteur des matériaux de construction, les grévistes réclament également une prime exceptionnelle de performance de 1 000 € pour l’ensemble des salariés Lafarge/Holcim granulats France du secteur vallée de Seine.


Une autre revendication porterait sur l’embauche de personnel sur l’ensemble des sites de la Vallée de Seine, au vu du nombre d’heures supplémentaires effectuées ainsi que l’embauche en CDI des contrats CDD et intérim.Une demande que la direction serait quasimment prête à examiner. 

Enfin, ils souhaîtent l'indemnisation totale de leurs heures de grève.

De son côté, LafargeHolcim déclare par communiqué, avoir entamé un dialogue ouvert et transparent avec les équipes locales et a négocié plusieurs avantages économiques tels qu’une augmentation de salaire au-delà de l'inflation, une prime exceptionnelle de pouvoir d’achat allant jusqu’à 500€ et une surprime d’intéressement.

« Nous constatons que la grève se poursuit aujourd’hui. Elle s'étend sur 3 carrières situées dans la Vallée de Seine, sur 150 sites en France, avec un nombre de grévistes d'environ 50 personnes. La Direction maintient son souhait de poursuivre les discussions engagées avec les organisations syndicales afin de trouver une issue à ce conflit local", indique Yves Salaun, directeur des opérations Granulats pour la Vallée de seine.  



 
une carrière Lafarge bloquée par une grève

Sur le même sujet

Armada : portrait de Samuel de Champlain

Les + Lus