Un directeur financier accusé d'avoir détourné 500 000 euros au préjudice de deux associations humanitaires

Au tribunal correctionnel d'Evreux était jugé ce mardi 10 novembre un homme de 49 ans accusé d'avoir abusé de sa fonction au sein de l'Armée du Salut et de l'association l'Espace des Deux Rives, et détourné près de 500 000 euros entre 2011 et 2017 pour mener grand train.
Le palais de justice d'Evreux
Le palais de justice d'Evreux © France Télévisions
E. V était jugé ce mardi 10 novembre devant le tribunal correctionnel d'Evreux pour répondre de ses actes lorsqu'il était le directeur financier de deux associations sociales et humanitaires : l'Espace des Deux Rives à Pîtres (27) et l'Armée du Salut à Rouen.
L'homme de 49 ans travaillait à l'association l'Espace des Deux rives de 1994 à 2000, puis à l'Armée du Salut dès 2001. A partir de 2003, l'accusé officiait dans les deux associations.

Le prévenu est accusé d'"abus de confiance au préjudice d'association faisant appel au public pour collecte de fonds" et "usage de faux en écriture". Sa compagne est elle poursuivie pour "recel de bien obtenu à l'aide d'un abus de confiance".
Les faits reprochés au prévenu remontent à la période 2011-2017, pendant laquelle plus de 500 000 euros ont été détournés.
480 000 euros ont été détournés de l'association l'Espace des Deux Rives de Pitres, et 28 000 euros à l'Armée du Salut de Rouen.

L'Espace des Deux Rives est un centre social intercommunal qui fonctionne grâce aux subventions publiques. C'est lorsque la chambre régionale des comptes s'est intéressée à l'association et que le pot aux roses allait être découvert, qu'E.V a avoué son méfait. 
L'ancien bénévole qui était à l'époque employé à temps partiel est alors licencié, et sa compagne qui travaillait avec lui démissionne dans la foulée.

L'accusé a reconnu devant le tribunal qu'il n'aurait pas dû agir de la sorte, mais se justifie en expliquant qu'il travaillait énormément et se "récompensait" en contrepartie.
Club de vacances, entretien de son bateau, frais de voiture, ordinateur...le prévenu a mené grand train en abusant d'associations qui oeuvrent pour les plus vulnérables, a souligné l'avocate générale.

Deux ans de prison avec sursis probatoire ont été requis contre le prévenu, six mois d'emprisonnement avec sursis probatoire pour sa compagne, avec l'interdiction à titre définitif d'exercer une fonction de comptable.
Le jugement a été mis en délibéré, et attendu le 15 décembre prochain.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société vie associative humanitaire