• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Un hommage rendu à la cavalière Thaïs Meheust ce mercredi dans l'Eure

Thaïs Meheust lors du concours complet au haras du Pin en 2018 / © France 3 Normandie
Thaïs Meheust lors du concours complet au haras du Pin en 2018 / © France 3 Normandie

"Vous êtes tous les bienvenus", écrit sa mère dans un post publié sur Facebook. Le rendez-vous est donné ce 11 septembre à 14h30 au haras de la Coudraie à Irreville.

Par Pierre-Marie Puaud

Depuis le drame survenu ce samedi au haras du Pin dans l'Orne, le monde de l'équitation est sous le choc. D'abord parce que même si l'épreuve de cross du concours complet est réputée dangereuse, les accidents mortels demeurent rares. Ensuite parce que la victime était un grand espoir de l'équitation, et une jeune femme dont le sourire illuminait le circuit.

Samedi, lors du Grand National de concours complet au haras du Pin, Thaïs Meheust a chuté sur le deuxième obstacle du cross. Le cheval Chaman Dumontceau est retombé sur la cavalière qui n'a pas survécu.
 

Vous êtes tous les bienvenus. Nous aimerions vous voir porter autre chose que du noir. Vous pourrez prendre la parole pour exprimer un bon souvenir, une anecdote. Vous pourrez également afficher des photos. Merci pour elle,
écrit sa maman sur Facebook.


Le monde de l'équitation aura ainsi l'occasion de saluer celle qui était l'un des plus sûrs espoirs de sa discipline.
 

Thaïs Meheust a découvert l'équitation dès son plus jeune âge, dans le sillage de sa soeur et de son frère aînés. Très vite, elle s'est prise de passion pour le concours complet. "J'aime le complet, parce je pense que le rapport qu'on a avec le cheval est le plus beau. Sur le dressage, on attend un cheval calme et brillant. Sur le cross, il doit être un lion. Et enfin en saut d'obstacle, le cheval doit redevenir calme après la débauche d'énergie de la veille. Ce qu'ils font est magnifique" confiait-elle dans un entretien accordé à la chaîne Youtube de Georgette Mag.
 


Sacrée championne d'Europe junior par équipe en 2018, Thaïs Meheust était animée par une ambition : "les JO, c'est le rêve absolu". Elle songeait évidemment à l'olympiade de Paris en 2024. Mais la jeune cavalière n'en avait pas pour autant délaissé les études. Thaïs Meheust suivait des cours de droit à l'université de Rouen avec cette générosité qui la caractérisait. Sa maman souhaite d'ailleurs que cette cérémonie d'hommage soit à son image. En lieu et place de fleurs et de couronnes, elle renvoie vers une cagnotte en ligne afin de servir une cause qui lui tenait particulièrement à coeur. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Il y a 110 000 ans cette plage était une steppe

Les + Lus