Georges Klein, vrai héros mais pas du Débarquement : le vétéran n'a pas débarqué en Normandie

Le vétéran George Klein lors des cérémonies à Utah beach en 2017
Le vétéran George Klein lors des cérémonies à Utah beach en 2017

Durant plusieurs décennies, George Klein, vétéran de l'armée américaine, a raconté avoir participé à la bataille de la Pointe du Hoc. Une campagne de financement participatif avait permis de le faire venir en Normandie cette année pour assister aux commémorations.

Par CM

Le vétéran de la seconde guerre mondiale Georges Klein avait façonné sa légende




Cette année, les commémorations organisées à Utah beach bénéficiaient de la présence d'un témoin précieux. L'association D-Day Overlord avait lancé à l'automne 2016 une campagne de financement participatif pour faire venir en Normandie George Klein. "Sûrement le dernier grand voyage de sa vie, car il est sous suivi médical en terme d'oxygène. Un auxiliaire sanitaire l'accompagnerait.", expliquait alors Marc Laurenceau, le président de l'association.


Quelques mois plus tard la générosité de 133 donnateurs avait permis de financer le voyage de l'un des cinq derniers survivants de la bataille de la pointe du Hoc. Selon George Klein.


Car cette histoire, relatée dans plusieurs ouvrages, c'est le "héros" lui-même qui l'a inventée. C'est ce que révèle ce lundi 21 août Marc Laurenceau sur le site internet de l'association D-Day Overlord. L'enquête menée par plusieurs historiens, dont Marty Morgan et Gary Sterne (le propriétaire du musée de la batterie de Maisy) a permis de démonter la légende que s'est façonnée le vétéran.

Une contribution bien réelle à la libération de l'Europe

Car Georges Klein est bien un vétéran de la seconde guerre mondiale et a réellement participé à la libération de l'Europe. "Déployé du 26 juillet 1944 au 23 juillet 1945 avec le 46th Field Artillery Regiment, il a été gravement blessé en combat en Moselle le 17 novembre 1944", indique le président de l'association D-Day Overlord. Il a d'ailleurs été plusieurs fois décoré pour cette contribution, elle, bien réelle, et dont il "ne devrait pas rougir".

Mais sans doute n'était elle pas assez prestigieuse à ses yeux. "Les combats de libération de l’Europe ne se limitent pas à la bataille de Normandie, et pourtant, les anciens combattants de Champagne, de Lorraine ou d’Alsace sont des quasi-inconnus dans nos livres d’histoire", explique Marc Laurenceau. George Klein aurait pu s'illustrer au sein de l'unité d'élite des Rangers s'il n'avait pas été contraint de la quitter en 1943 après s'être blessé lors d'un exercice. C'est cette expérience et ses lectures des livres d'histoire sur le sujet, qui lui permirent de faire illusion durant de nombreuses années.

L'histoire de George Klein en rappelle une autre, celle d'Eugene A.Cook Jr, un autre vétéran de la seconde guerre mondiale. Cet ancien soldat s'était approprié l'histoire d'un homonyme, Eugene N Cook, parachuté le 6 juin 44 en Normandie et affecté avec son bataillon à la sécuristion d' Utah Beach et Carentan. 

Du mythe au mythomane: le faux vétéran du D-Day démasqué - France 3 Normandie

" Il n'a pas sauté sur la Normandie comme il l'affirme. Il ne figure pas sur la liste des engagés" Sur son blog, l'historien Brian Sidall dénonce les mensonges du "vrai-faux" vétéran Eugene A Cook Jr dont il a retracé l'histoire... vraie et fausse.




A lire aussi

Sur le même sujet

Caen: Deux jours après la rentrée, le lycée Malherbe déjà bloqué

Les + Lus