Chefresne: recours après l'évacuation

L'avocat dépose un recours et porte plainte contre le préfet de la Manche

Par MPG


Dernière minute:

Me Doutressoule vient de déposer deux recours: un contre le tribunal administratif de la manche pour excès de pouvoir, l'autre est une plainte auprès du procureur, contre le préfet de la Manche et le commandant de gendarmerie, pour destruction de biens, effraction et atteinte à la liberté de réunion.

 

Mercredi, c'est un château d'eau où dormaient deux militants qui a été évacué.


Le bras de fer se poursuit entre l'Etat et les militants anti-THT installés au Chesfrene.


"Raisons de sécurité" c'est le motif évoqué par le préfet de la Manche Adolphe Colrat, pour justifier l'intervention des forces de l'ordre au petit matin au Chefresne.

Les militaires auraient forcé la porte du bâtiment afin de faire évacuer les militants et interdire son accès, mettant ainsi à éxécution  un arrêté pris la veille.
Le préfet souligne que l'arrêté municipal pris le 18 janvier de mettre à disposition l'édifice "était manifestement illégal et (...)de nature à mettre en cause la sécurité des personnes."
Une préoccupation d'autant plus justifiée toujours selon lui, que le Chefresne se prépare à accueillir un important nombre de militants ce week-end.

Le préfet reconnait qu'il n'y a pas eu de mise en demeure de quitter le château d'eau. Absence justifiée par la démission du conseil municipal du Chefresne, il ya quelques jours.

De son côté, Jean-Claude Bossard, l'ex maire du Chefresne a fait appel à un huissier pour constater la violation de domicile, celle du château d'eau mais également d'une caravane occupée par des militants.

Désormais, une dizaine de gendarmes bloquent l'accès du château d'eau, une trentaine de militants leur font face. Dans le calme.

Sur le même sujet

Les + Lus