• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Fin du pétardage d'Englesqueville-la-Percée

© Marine Nationale
© Marine Nationale

Pendant 2 jours, les démineurs de Cherbourg ont procédé au pétardage de 1200 obus.

Par Catherine BERRA

Un promeneur en avait découvert 500 en mai dernier, mais en installant leur zone d'intervention, les démineurs de Cherbourg en ont découvert encore autant au pied d'une des falaises de cette commune du Calvados toute proche de la Pointe du Hoc.

Le vaste chantier de dépollution pyrotechnique qui s'est tenu toute la semaine a donc pris fin hier comme prévu.

1202 obus précisément, datant tous de la seconde guerre mondiale, ont été mis au jour sur la grève au pied de la falaise.

Jeudi et vendredi, 770 de ces engins ont été pétardés en mer et 432 sur terre par 16 plongeurs-démineurs de Cherbourg.

Un périmètre de sécurité de 1 km avait été mis en place, obligeant les riverains situés à l'intérieur de ce périmètre, soit une vingtaine de personnes, à évacuer les lieux. La circulation terrestre et maritime y était inerterdite.

Vendredi soir, à l'issue d'une opération qui s'est déroulée sans encombres, le poste de commandement opérationnel installé à la mairie d'Englesqueville-la-Percée par la préfecture du Calvados pendant toute la semaine a été levé et les routes qui avaient été fermées ont été rouvertes à la circulation.

Sur le même sujet

Randonnée : à la découverte du sentier des anciens chasse marées

Les + Lus